Texte 180, année 1632, 29 juin, Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 29 juin 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 240. Original autographe.

Monseigneur,

Cette nuit passée, on a jeté dans les rues plusieurs placards en forme de déclaration faite par Monsieur. Aussitôt que j’en ai eu avis, j’ai estimé à propos que Monsieur le chevalier du guet vous dépêchât un courrier1.

Il y aura peut-être diversité d’avis, mais sur la connaissance que j’ai de la liberté que vous donnez à vos serviteurs, j’estime qu’il ne faut plus bégayer, et qu’il faut maintenant parler franchement, puisqu’il est entré en armes dans le royaume contre le Roi, car de prendre le prétexte contre vous, chacun sait assez que de prendre les armes contre les principaux ministres de Sa Majesté n’est que pour colorer la rébellion, et que c’est directement les prendre contre son Roi, n’y ayant raison quelconque à alléguer contre vous, sinon que, dans l’administration des affaires publiques, vous vous êtes attaché au Roi seul, sans considérer ni mère, ni frère, ni autre quel qu’il soit, et qu’en tout et partout, vous avez par les effets témoigné une fidélité inestimable. J’estime qu’il serait à propos [de] donner une bonne déclaration au Parlement afin de faire voir l’intention de Sa Majesté, et pour fortifier plusieurs esprits faibles qui se pourraient laisser emporter aux mauvais desseins qu’on publie contre Sa Majesté. J’ai reçu la lettre qu’il vous a plu m’écrire du XXI, dont je vous remercie très humblement. Cette nouvelle a fort contenté tous les bons serviteurs de Sa Majesté. On fait courir divers bruits de-deçà de la guerre et de la paix, et on attend avec impatience la résolution de Monsieur de Lorraine. J’attends l’honneur de vos commandements afin d’exécuter ce qu’il vous plaira m’ordonner. Je prie Dieu qu’il vous conserve en santé longue et heureuse vie, et désire demeurer, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

Bullion

De Paris, ce XXIX juin.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. À propos de la circulation de libelles, voir les textes 831, 839, 844 et le courrier que Louis Test adresse à Richelieu le 2 juillet suivant, translation à venir. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 180, année 1632, 29 juin, Bullion à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpur


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.