Texte 192, année 1632, 7 juillet, Nissole à Richelieu

Nissole à Richelieu ou à un membre de son entourage, Pézenas, 7 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 804, f° 243. Original autographe.

On est assuré de bonne part que Monsieur doit, dans peu de jours, d’Auvergne, là où il est, passer dans le Vivarais, de là dans le Gévaudan, et de là dans les Cévennes, où il a des intelligences. Il doit s’arrêter en ces quartiers-là et envoyer <mille> chevaux au Bas-Languedoc pour les faire vivre plus commodément, en attendant qu’il ait fait de l’infanterie. Après quoi, il descendra pour se présenter à Nîmes où il espère qu’on lui ouvrira les portes, pour le moyen des intelligences qu’il y a, auxquelles un nommé La Cassagne travaille puissamment. On se double aussi du premier consul nommé La Motte qui a été à M. de Montmorency. M. de Montmorency est de cette intelligence pour laisser faire et agir Monsieur, en faisant semblant de s’y opposer. On n’a pas encore d’avis s’il se doit joindre ouvertement. C’est l’essentiel de la créance de M. de L.

À Pézenas, ce 7 juillet 1632.

Nissole

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 192, année 1632, 7 juillet, Nissole à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpv3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.