Texte 196, année 1632, 8 juillet, Claude Bouthillier au baron de Charnacé

Claude Bouthillier à Hercule Girard, baron de Charnacé, Pont-à-Mousson, 8 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 804, f° 244-245. Original autographe. Suscription au f° 245 v° : « à Monsieur, M. de Charnacé, conseiller au conseil d’État du Roi et son ambassadeur extraordinaire en Allemagne ».

Au Pont-à-Mousson, ce jeudi 8 juillet 1632.

Monsieur,

À ce coup, Monsieur l’électeur de Trèves ne doutera plus que le Roi ne le veuille assister tout de bon, puisqu’il fait repasser son armée en Allemagne, sous la conduite de Monsieur le maréchal d’Effiat, ce qui lui fera bien juger que, lorsque Sa Majesté l’a fait revenir par-deçà, elle n’en avait pas pour cela quitté le dessein.

En effet, elle ne désire rien plus que la conservation de la religion en Allemagne, et celle des électeurs, princes et États de la Ligue catholique. Outre que Monsieur le maréchal d’Effiat est général de l’armée, il est encore ambassadeur extraordinaire en Allemagne pour cet effet. Il n’est pas besoin de vous convier à tenir bonne correspondance avec lui tant que vous y serez et qu’il y sera, mais seulement à continuer comme vous avez fait pendant le premier séjour qu’il y a fait. Vous lui communiquerez, s’il vous plaît, les traités que Monsieur le marquis de Brézé et vous avez faits avec le roi de Suède ou ses ministres, tant à l’égard du duc de Bavière, de l’électeur de Trèves, que du duc de Lorraine, dont je ne doute point que vous n’ayez retenu des copies. Mon dit sieur le maréchal vous communiquera en revanche le dernier trait fait entre le Roi et M. le duc de Lorraine, que vous ne trouverez pas désavantageux. Les trois places de Clermont[-en-Argonne], Stenay et Jametz sont maintenant en la puissance du Roi, et les garnisons de Sa Majesté y sont établies de sorte que le principal et essentiel du traité est exécuté. Le Roi, qui a soin continuer des affaires d’Allemagne, renvoie encore M. de Saint-Étienne vers le duc de Bavière et autres princes pour essayer de les accommoder avec le roi de Suède, vers lequel Sa Majesté envoie aussi au même temps Monsieur de La Grange-aux-Ormes pour le même sujet. Ils tiendront, tous deux, bonne correspondance avec vous tant que vous serez par-delà, de sorte que je ne vous dirai rien davantage du sujet de leur envoi. De quoi j’estime à propos de ne point parler jusqu’à ce qu’ils soient acheminés. Sa Majesté est enfin partie de ce lieu. Je vous dirais des nouvelles de la route de Monsieur depuis qu’il est rentré en France, mais vous les saurez mieux de Monsieur le maréchal d’Effiat. Je vous dirai seulement que Monsieur est demeuré malade à Vichy en Auvergne, et que ses troupes ne grossissent point. Je suis de tout mon cœur, Monsieur, votre serviteur très humble et très affectionné,

Bouthillier

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 196, année 1632, 8 juillet, Claude Bouthillier au baron de Charnacé. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpv7


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.