Texte 235, année 1632, fin juillet, Léon Bouthillier à Richelieu

Léon Bouthillier à Richelieu, vers la fin juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 315. Original autographe.

Monseigneur,

Je reçus hier une lettre de mon père [Claude Bouthillier] pour vous, que je pensais moi-même me donner l’honneur de vous porter aujourd’hui. Mais il est arrivé force dépêches qui ne sont pas encore déchiffrées, de sorte que j’ai remis mon voyage à demain, de peur de vous importuner deux fois.

Cependant, je n’ai rien appris de nouveau que la disgrâce de Montaigu, par une lettre de M. [le marquis] de Fontenay[-Mareuil] du 7 de ce mois, que je supplierai Mgr le cardinal votre frère [Alphonse de Richelieu] de vous dire, ne voulant pas vous donner la peine de lire une de mes lettres pour cette seule nouvelle que j’avais à vous faire savoir. Depuis hier, j’en ai reçu une autre du dit sieur de Fontenay, par laquelle il me mande que le commandeur de Valençay est arrivé à Londres le 13 de ce mois, sans se cacher comme il avait fait auparavant, et qu’il avait demandé dès le lendemain audience au roi et à la reine de la Grande-Bretagne [le roi Charles Ier d’Angleterre et la reine née Henriette de France, soeur de Louis XIII], que lui, sieur de Fontenay, avait parlé à Leurs Majestés sur ce sujet, et qu’elles l’avaient assuré que le dit commandeur ne leur ferait point changer la résolution qu’ils avaient pris de ne point assister la Reine-mère ni Monsieur. Il me mande, de plus, que le grand trésorier [Richard Weston] est fort en peine de ce qu’on lui a dit que son fils [Jérôme Weston] ne serait pas bien reçu du Roi, et qu’il fasse ce qu’il peut pour lui ôter cette opinion. J’attendrai, Monseigneur, vos commandements pour ce que j’aurai à répondre sur ce sujet. Cependant, après vous avoir assuré de la santé du Roi, qui est ce me semble parfaitement bonne, je vous supplierai très humblement, Monseigneur, de croire qu’il n’y a personne qui soit plus passionnément que moi, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

Bouthillier

Monseigneur, je vous envoie la lettre de M. de Fontenay qui parle de Montaigu. Si vous avez agréable, celui qui porte cette lettre me la rapportera pour y faire réponse.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 235, année 1632, fin juillet, Léon Bouthillier à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpwa


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.