Texte 236, année 1632, fin juillet, du Hallier à Richelieu

François de L’Hôpital, seigneur du Hallier, à Richelieu, fin juillet 1632.

Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, coll. Richelieu, vol. 19, f° 68. Original de lecture difficile. Les informations fournies par ce texte restent à vérifier et à éclaircir.

Il m’a été donné avis, par le prévôt de Montargis1, pour donner au Roi, qu’il apprend que, dans la province d’Orléans, il se fait sourdement levée par personnes qui sont soupçonnées être à Monsieur, qu’un gentilhomme appelé Goville [Gauville], second fils de M. de Javersy, lequel demeure proche Pluviers, s’assure de ses amis, et l’on est en doute si c’est pour M. de La Ferté-Imbault ou pour le marquis de Sablonnière. Goville est neveu du sieur de Clermont, dit Augers, lequel a été maréchal de la compagnie de M. le comte d’Alais, et à présent se dit maréchal de la cavalerie légère de l’armée. Il se trouve que ceux qui passent de Lorraine pour venir de par-deçà, qui appartiennent à Monsieur, ont leur retraite à Toucy, à Tonnerre, beau-frère de M. d’Oilly, et en la maison de Couberon [sic]. Il n’y a personne jusqu’à présent en cette province qui aient eu [sic] pouvoir de Sa Majesté arrêter le cours de ses cabales. Beaujeu-Villiers, lequel est arrêté, est celui, s’il est bien prit, qui pourra, pour assuré, découvrir au Roi beaucoup d’entremetteurs de cette affaire.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Il est à noter que Louis Deshayes de Cormenin qui trempe dans les intrigues de Marie de Médicis et du duc d’Orléans en 1632 est fils d’un gouverneur de Montargis. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 236, année 1632, fin juillet, du Hallier à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpwb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.