Texte 244, année 1632, 1er août, lettre à Richelieu

Lettre adressée au cardinal de Richelieu, Mont-de-Marsan, 1er août 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 1628, f° 187. Copie de la main d’un secrétaire.

Monseigneur,

Puisque vous avez voulu que je vous donnasse avis de ce qui se passerait en ces quartiers qui intéressât le service du Roi, je vous dirais pour chose certaine que M. de Sainte-Croix, frère de feu M. le colonel d’Ornano, et qui est marié avec une fille de M. de Sansac, à 4 lieues de cette ville, pratique tout ouvertement la noblesse d’Armagnac, dont cette province en fourmille [sic], afin de prendre les armes pour Monsieur, frère du Roi, et a déjà baillé aux uns et aux autres jusqu’à II ou IIIC pistoles pour s’équiper et acheter des chevaux. Il y a aussi un gentilhomme, des meilleures et plus relevées maison de ce pays d’Armagnac, appelé M. de Lau, qui est venu depuis 2 ou 3 jours tenter M. le marquis de Castelnau d’entrer dans ce parti, et n’a pas été sans parler de se saisir de cette ville, qui est d’assez grande importance pour favoriser les desseins de Monsieur, en cas qu’il veuille entreprendre sur le Béarn et la Navarre, ainsi que l’on dit, le feu roi Henri 4 son père l’ayant fait fortifier, étant seulement roi de Navarre, pour s’y cantonner, et y rendre les premiers efforts de ses armées contre les forces du feu Henri 3 et contre la Ligue, ainsi que vous le pouvez savoir plus particulièrement par M. le président Daffis, ou de quelqu’un de MM. les gens du Roi qui connaissent ce pays. Si bien, Monseigneur, que la prise de cette ville leur sera bien aisée, puisque nous n’avons aucun ordre du Roi, ni du gouverneur de la province [de Languedoc]1, pour faire garde, à quoi je vous supplierai très humblement d’y pourvoir. En cas que Monsieur prenne la route du dit Béarn, dont vous pouvez être informé de la cour mieux que tous, que de vous assurer, Monseigneur, que le dit sieur marquis de Castelnau résiste aux sollicitations qui lui peuvent être faites de la part de Monsieur, en cas que ses armes fassent du progrès. C’est ce que je ne sais pas, d’autant que je fus déçu de sa parole en l’année 1622 qu’il se rebella contre Sa Majesté, nonobstant mille serments qu’il m’avait faits de ne le faire jamais. Et pour se tenir aux maximes des plus avisés, j’estime que l’on ne se doit pas fier aux paroles des hérétiques, mais se bien garder toujours d’eux. Il fait sa demeure ordinaire à 2 lieues de cette ville, et est environné de cette noblesse d’Armagnac qui ne demandent que remuements, afin de picorer leurs voisins, tellement que s’il a aucun dessein, il lui sera bien aise de l’exécuter.  C’est pourquoi vous y aviserez, s’il vous plaît, et ferez profiter les affaires du Roi en cet avis, suivant les nouvelles qui vous arriveront de la cour, que si vous jugez nécessaire que je vous aille trouver pour ce sujet, je n’y manquerai point, pour le désir que j’ai de faire toujours paraître mon zèle au service de Sa Majesté et au votre particulier, comme par inclination et par devoir, Monseigneur,

***

Fait au Mont-de-Marsan, ce premier jour d’août 1632.

Monseigneur, je crois que vous aurez su comme le marquis d’Aubeterre, qui est d’Agenais, est allé trouver Monsieur, suivi de six gentilshommes bien armés et équipés. Et M. le comte de Cramail en a fait autant, suivi de XXX ou davantage. J’estime que vous aurez eu des officiers des lieux de plus particuliers avis de ceci, qui m’empêchera de vous en dire rien plus.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Il s’agit du duc de Montmorency, entré en dissidence aux côtés du duc d’Orléans. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 244, année 1632, 1er août, lettre à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpwj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.