Texte 245, année 1632, 2 août, l’archevêque de Bordeaux à Richelieu

L’archevêque de Bordeaux, Henri d’Escoubleau de Sourdis, à Richelieu, La Rochelle, 2 août 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 805, f° 6. Original de la main d’un secrétaire sauf la signature et la formule finale autographe.

Monseigneur,

Mon arrivée à La Rochelle, et l’assemblée de vos serviteurs qu’on a été obligé de faire, ne pouvant être si secrètes qu’il eût été à désirer, a fait avancer M. de La Noue plus qu’il ne pensait, si bien qu’il n’est parti qu’avec quarante méchants chevaux, entre lesquels il n’y a pas six gentilhommes. Le reste bourdonne dans le pays comme des mouches, dont je vous envoie un mémoire, avec la route qu’a tenue le dit sieur de La Noue, que m’a envoyée le sieur de La Fitte, que j’avais prié d’aller pour reconnaître les logements de ces messieurs-là et leur forme de garde, afin que nous ne tirassions point notre poudre aux moineaux. Le petit d’Aubigny [Constant d’Aubigné]  est des plus échauffés à faire courir des billets de la part de Monsieur contre vous.

Je lui ai mis les prévôts en queue, sachant qu’il y a longtemps qu’il mérite la corde. Je ne m’oserais attaquer plus haut que je n’aie votre ordre. J’estime qu’il serait nécessaire de faire quelque exemple du fait du sieur de La Noue, et vouloir envoyer un prévôt informer par tous les lieux où il a passé, mais je n’ai osé sans votre commandement. Cependant, garnison dans ses maisons qui fit métier pour lui ne nuirait pas. Les gens de Mme de Fontaines-Chalendray n’ont pas eu le temps de se joindre. Le sieur de Brassac est au milieu de tous ces messieurs les échauffés-là, et offre, s’il vous plaît, de lui bailler un régiment, de le faire beau et d’armer tous ces messieurs, les uns en les employant, et les autres en les veillant de près. Et on pourrait séparer les compagnies dans les garnisons où MM. les gouverneurs font fort mauvaise garde. Il y a six canons à Niort avec tout leur équipage, qui n’y sont guère en sûreté, si Monsieur approche de ces quartiers. Les vaisseaux du roi de Suède sont partis. Ce n’a pas été sans peine. Je vous envoie les divers plans du fort de La Prée. Je choisis, sous votre bon plaisir, celui qui a le moins de défenses, pour ce qu’il coûte le moins et qu’on ne peut être attaqué du côté de la mer. Je m’en retourne à Brouage, parce qu’il est tombé six toises de muraille du bastion de Saint-Luc, à quoi il n’y a rien à craindre, parce que nous avons retranché le dehors et qu’il couche 50 hommes vis-à-vis, que parce que en attendant que la muraille soit élevée, on a coupé le terre de pied droit, laquelle est aussi bonne que la muraille. C’est, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

Sourdis, archevêque de Bordeaux

De La Rochelle, ce 2° août 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 245, année 1632, 2 août, l’archevêque de Bordeaux à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpwk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.