Texte 247, année 1632, 2 août, le maréchal de Vitry au maréchal de La Force

Le maréchal de Vitry au maréchal de La Force, Tarascon, 2 août 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 1702, f° 70-71. Original de la main d’un secrétaire, sauf la signature et la formule finale autographe. Suscription au f° 71 v° : « à Monsieur, M. le maréchal de La Force, lieutenant général de l’armée du Roi ».

Monsieur,

Je veux vous faire savoir promptement, pour le contentement que vous recevez de ce qui regarde le service du Roi, que hier, sur les quatre heures, je portai si bien les habitants de Beaucaire à prendre les armes pour leur conservation et de la ville au pouvoir de Sa Majesté, que trois cents se saisirent de la porte du côté du Rhône et m’envoyèrent1 quatre d’entr’eux pour les assister, ainsi que je leur avais promis.

Sur quoi, incontinent, ayant mandé par prévoyance de ce dessein trois cents cinquante soldats d’Arles, ou des lieux plus voisins d’ici, avec des officiers pour les commander, je les fis passer moi-même dans mes bateaux, et pour demeurer sur une grève dans une petite île proche de la dite porte, attendant que les habitants de Beaucaire les vinssent quérir, après m’avoir donné avis de ce qui se passait. Et, sur les deux heures après minuit, toute la ville de Beaucaire ayant député vers moi deux des principaux des leurs, je les ai renvoyés, ayant ordonné à celui qui a conduit ce secours d’entrer, et prenantles postes plus avancés de faire barricade et se retrancher contre le château. Ce qui a réussi si heureusement que le château étant étonné, bien que la nuit il ait posé des corps de garde à portée de pistolet, et que M. de Montmorency fût venu dedans, ils n’ont fait aucun effort, si bien que je tiens cette place assurée, et que M. le maréchal de Schomberg venu avec ses troupes, faisant recruter les ennemis facilement, vous prendrez le château promptement et sans difficulté, car il n’est pas bon, et est très mal muni de toutes choses. Voilà pour le Languedoc.

Mais ce qui est plus important aujourd’hui est que cette armée veut passer en Provence, où je suis dégarni en tout point, n’ayant que mes gardes ici, et huit ou dix gentilhommes, quelque partie de ma compagnie de gendarmes, à cause que j’ai été obligé d’en <…> de la Durance à cause de quelque soupçon. Si bien que j’aurai besoin de ce que je vous ai supplié, tant pour infanterie que cavalerie, par mon courrier parti d’hier au soir, et sera besoin que vous et M. le maréchal de Schomberg, selon mon avis, Monsieur, faciez cheminer toute votre armée, si Monsieur passe le Rhône droit en Provence. Et à cet effet, je ferai tirer ces barques de la Durance de l’autre côté de l’eau, afin que ses gens ne s’en rendent les maîtres, car en ce cas vous ne pourriez nullement passer, cette rivière n’étant guéable. Je vous supplie de me mander quelles nouvelles vous avez de l’approche de M. le maréchal de Schomberg.

En attendant, je vous dirai encore que je renforce Beaucaire du régiment que vous m’envoyez, et qu’il est nécessaire, s’il vous plaît, que vous envoyez une commission à un gentilhomme nommé le sieur des Aubers, viguier de l’île de Vallabrègues, qui nous importe du tout pour le passage du Rhône, pour commander au dit Vallabrègues, enjoignant par la dite commission aux consuls de lui obéir, et entendre pour le service du Roi. Je lui ai baillé déjà de l’argent pour la levée de cinquante hommes, que je l’ai assuré que vous lui donnerez de garnison, le tout pour l’engager car il a été fort sollicité. Je l’ai assuré aussi que le lieu de Vallabrègues, en considération du service qu’il fait au Roi, ne payerait point cette garnison, et que vous la ferez payer par le pays. Ce que vous ferez, s’il vous plaît, porter par votre commission, sur ce, je suis à toujours, Monsieur, votre très humble et très assuré serviteur.

Vitry

Je vous prie d’ajouter foi à ce que le dit sieur de Sigottier vous dira sur ce qui s’est passé.

À Tarascon, ce 2e d’août 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Le texte souligné l’est également sur le manuscrit original. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 247, année 1632, 2 août, le maréchal de Vitry au maréchal de La Force. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpwm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.