Texte 248, année 1632, 2 août, le maréchal de Vitry à Richelieu

Le maréchal de Vitry à Richelieu, Tarascon, 2 août 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 1702, f° 72-73. Original de la main d’un secrétaire sauf la signature et la formule finale autographe. Un double, original également signé, strictement identique, est conservé aux f° 74-75 du même vol. 1702. Suscription au f° 73 v° : « à Monseigneur, Monseigneur le cardinal ».

Monseigneur,

En venant servir le Roi dans cette ville de Tarascon diligemment qui avait besoin de ma présence, j’ai porté ceux de Beaucaire à ce que vous savez.

Et si le régiment d’Aiguebonne vient dans ce soir, que j’ai demandé comme le plus proche, depuis deux jours à M. le maréchal de La Force, j’espère d’avoir gagné l’une et conservé l’autre sans y oublier moyen quelconque pour assurer le dit Beaucaire, étant de la conséquence au service du Roi telle que vous le jugez. Maintenant, par les bruits communs que j’apprends, venant des troupes de Monsieur, ils auraient déjà passé le Rhône et seraient entrés en Provence, si le gain que nous avons fait de cette place ne les arrêtait. Pour voir quelle pièce ils pourront coudre aux affaires que je leur ai données, voyant bien qu’en perdant la ville, c’est fait aussi du château, dès que MM. les maréchaux de Schomberg et La Force approcheront, qui ont une beaucoup meilleure cavalerie qu’eux, et plus grande en nombre, laquelle les poussant, ce château ne peut rien durer ayant mis le canon en batterie. Ce dessein que Monsieur a de ravager la Provence, que j’ai entretenue, Dieu merci, en tout bon ordre pour le service du Roi jusqu’ici, fait que j’ai été contraint de donner commission pour six régiments de cent hommes et deux compagnies de cavalerie, sous le bon plaisir de Sa Majesté, et pour raisons portées par sa lettre que je ne vous déduirai point, Monseigneur, de peur de vous importuner par cette redite, seulement je vous assurerai dans l’intérêt du Roi, et au vôtre, que je ferai tout ce qu’un homme de bien peut faire, et m’acquitterai fidèlement de la parole que je vous ai donnée d’être jusqu’à mourir, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

Vitry

À Tarascon, ce 2e d’août 1632.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (26 mai 2022). Texte 248, année 1632, 2 août, le maréchal de Vitry à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpwn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.