Texte 274, année 1632, 9 août, Hémery à Richelieu

Michel Particelli d’Hémery au cardinal de Richelieu, 9 août 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 802, f° 334-338. Original de la main d’un secrétaire, sauf la signature et la formule finale autographe. Suscription : « à Monseigneur, Monseigneur le cardinal ». Quelques passages figurent dans les Mémoires de Richelieu.

Monseigneur,

Il y a quatre jours que j’ai reçu la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire par Roux, et présentement je viens de recevoir celle que La Roche1 m’a apportée de votre part. J’obéirai fort ponctuellement à tous les commandements que vous me faites par la seule obligation que j’ai de le faire, sans qu’il soit besoin d’autre persuasion. Après avoir rendu votre première dépêche, M. le maréchal de La Force m’écrivit les difficultés que rapportait M. le maréchal de Vitry à se joindre avec lui, et le peu de volonté qu’il semblait avoir de commander conjointement. Je me rendis à Tarascon, et après avoir fait connaître à M. le maréchal de Vitry que vous désiriez passionnément cette union, la seule considération de vous faire chose agréable, non pas ma persuasion, lui a fait donner les mains. 

Après, je me suis rendu en ce lieu, prêt à agir et fort agréablement, ainsi que vous me le commandez, si une fièvre quarte, dont j’en ai eu trois accès, [ne] m’en ôte le moyen. J’ai vu l’état des choses, les desseins de ces Messieurs. Mais avant, Monseigneur, que de vous en entretenir ensemble de ce que je crois être à faire, vous me permettrez de vous dire l’état du Languedoc et des ennemis. 

Je vous avise que non seulement les trois cents hommes du régiment de La Tour, que du Chalard et Chabans ont conduits, sont aux environs de Narbonne comme on le disait, mais la plus grande part sont dans la ville, et le reste, qui est demeuré dehors, a été mis par les habitants à Bages, qui est un bourg qui leur est fort important, à [une] demie lieue de leur ville, qui a été autrefois assiégé sans avoir été pris par feu M. le connétable de Montmorency. Ils l’ont désiré conserver pour n’être pas si fort pressés des troupes des ennemis dans leur ville. Il y a des vivres pour plus de quatre ans. Tous les habitants suspects et partisans de M. de Montmorency en ont été chassés. Ville y est resté, mais il n’agit point contre le service du Roi. Ricardelle, qui est celui qui a le plus puissamment servi, et qui, en effet, a sauvé Narbonne, a mandé qu’il n’y avait rien à craindre, et que désormais on perdit la crainte de la perte de cette ville. Barry, gouverneur de Leucate, a mandé que quelques mauvais bruits qu’on fît courir de lui, et quelque alliance qu’il eût avec Messieurs de Toiras2, que lui et sa place étaient et demeureraient dans le service du Roi. Les troupes des ennemis se font avec grand peine. La prise d’Alès leur a donné trois régiments qu’ils ont tiré des Cévennes. Mais tous trois ensemble ne font pas neuf cents hommes. Enfin, Monseigneur, jusqu’à présent ils n’ont pas en tout dix-huit cents chevaux, dont il n’y en a pas XV cents de combat, et quatre à cinq mille hommes de pied.  D’Espagne ils n’ont reçu que les cinquante mille écus que je vous ai dit, et des selles et des brides, et point pour encore d’infanterie. Il n’y a aucune ville qui branle, et le bruit du départ du Roi assure si fort tous les peuples qu’il n’y a rien à craindre de ce côté-là. Ils sollicitent à toute outrance ceux de la religion. Mais ils sont si fort embarqués que par honneur ils ne changeront pas si tôt, et quand le Roi sera venu, ils n’oseraient le faire. M. de Montmorency se plaint fort de ce que, ayant envoyé à Monsieur [le duc d’Orléans] par l’abbé d’Elbène qu’il retarda encore six semaines, il a voulu entrer dans le Languedoc. Et par ce moyen, il lui a fait perdre ceux de la religion, Narbonne et Nîmes ne lui donnant pas le temps de s’assurer de ces trois choses-là avant de prendre les armes, ayant été pressé par la venue de M. de La Force

J’ai fait passer l’homme que Fréron a envoyé à M. de Soudeilles. Mais je vous supplie, Monseigneur, qu’aucune proposition ne vous arrête, ni le départ du Roi, parce que ce sont peut-être artifices pour retarder et l’un et l’autre, car il n’y a infidélité dont ne se servît M. de Montmorency pour parvenir à la rébellion, et celle dont il se servit pour débaucher le vicomte de Lestrange après la lettre qu’il m’avait écrite, fut de lui faire voir et savoir la lettre que le Roi lui avait écrit de se saisir du baron de Malauze et de Lestrange, lui disant ainsi que je le trompai. 

M. le vice-légat [à Avignon, Jules Mazarin] a fait savoir à Monsieur que, ni fort ni faible, il ne pouvait entrer dans sa ville ni dans le Comtat [Venaissin], et ici cela passe contre la créance de tout le monde qu’il dût faire ce refus. Les ennemis travaillent fort lentement à leurs fortifications. Ils sont dans de perpétuelles plaintes de voir leur partie si mal faite et que la province les a abandonnés. Ils vont solliciter de jour à autre si quelqu’un se veut déclarer pour eux. Ils font des grosses contributions, tant en blé qu’en argent, et étant maîtres de la campagne comme ils sont, ils n’y ont nulle difficulté et tiennent toutes les villes en échec, et les peuples en branle. Et quelque avantage qui réussisse de ce que feront les troupes au Haut-Languedoc, ils ne seront jamais si grands que le tort que le Roi reçoit de leur séparation, car ils ne sont ni l’un ni l’autre capables de rien entreprendre pour le service de Sa Majesté. Et joints ensemble ils peuvent non seulement assiéger Bagnols et Beaucaire, mais de tenir la campagne, si bon leur semble. C’est pourquoi, Monseigneur, il est à propos qu’ils se joignent. Les ennemis n’ayant pas une seule place qui puisse tenir contre ceux qui seront maître de la campagne, leur dessein étant de s’y tenir pour faire leurs troupes, dont ils n’eussent pu venir à bout si l’on se fut mis aux champs.

À présent, Monseigneur, je vous dirai en quel état j’ai trouvé cette armée et ce qui est nécessaire pour y pourvoir. Je vous ai dit que j’ai vu ces messieurs qui avaient reçu les commissions que vous leur avez envoyées. M. de La Force n’avait donné qu’onze compagnies, et m’a dit qu’il ne pouvait faire le surplus, faute d’argent. Il ne faut que six ou sept mille écus pour cela. Dans demain je leur donnerai afin qu’il ne reste rien à faire en cela, dont vous devez être, Monseigneur, en repos, parce que, dès l’heure que j’ai reçu votre lettre, j’en ai fait chercher dans Avignon et seront prêts demain. Pour les chevaux de l’artillerie, je me suis enquis de ces messieurs s’ils en avaient besoin. Ils m’ont dit que M. du Gué s’en est allé à Lyon pour en faire levée, mais il écrit qu’il ne peut faire facilement que pour les trois cents chevaux. J’en ai fait chercher dans le comtat et en trouverai cent ou cent cinquante. J’aurai des ordonnances de M. le vice-légat pour en faire la levée et commencerai à y faire travailler jeudi prochain. Il nous faut envoyer un lieutenant et des commissaires de l’artillerie pour y commander le train. Quant aux vivres, j’ai vu le marché qu’ont fait MM. du Gué et de Machault, qui est fort bon. Mais je crains que ceux qui sont entrepris, qui sont personnes peu puissantes pour soutenir cette dépense et faire quelques avances en cas de besoin, je les ferai fortifier par d’autres personnes ou j’en prendrai tout de nouveau, car, Monseigneur, faire en la main du Roi cette fourniture, outre qu’elle coûterait beaucoup plus qu’en faisant un marché – et par ainsi vous n’y trouveriez ni votre contentement ni votre conte – ce n’est pas que je fuis les occasions de servir, si ma santé le permet, car j’y suis tout disposé.

Je suis en peine de la subsistance de la cavalerie, car outre que dans le Languedoc il y a peu de foin, ce qu’il y a de l’avoine, les ennemis la ramassent, et vers Lunel et dans Béziers, et en font des magasins. Je ne crois point de remède à cela, sinon que toutes les villes tenant pour le service du Roi, on y trouvera des avoines, la crainte de laquelle y ayant fait porter tout ce que les villages ont eu crainte de perdre. Il est du tout nécessaire qu’il vous plaise envoyer un commis avec huit ou dix mille pistoles, pour donner par avance à celui qui entreprendra les vivres, parce que votre armée viendra que l’on aura encore pourvu à rien, ceux qui ont les vivres à présent n’ayant point de magasin, et leur marché ne portant qu’à fournir cinq ou six mille hommes par jour, et ne sont pas assez forts. 

J’ai écrit aux consuls de Narbonne et à M. de Fossez qu’ils fissent monter tous leurs canons, et leur ai indiqué un lieu pour prendre de l’argent pour cet effet. C’est ce que je crois nécessaire pour la subsistance de votre armée. Quant aux desseins de MM. les généraux, l’un et l’autre conviennent ne pouvoir aller à la campagne s’ils ne sont fortifiés par les troupes de M. de Schomberg ou par celles que vous amenez. Mais, afin de mettre toutes choses en état, j’ai cru qu’il était nécessaire de leur faire conférer ensemblement [sic] où je serai, afin de les obliger à faire le siège des châteaux de Beaucaire, puisqu’il y a déjà deux ou trois mil hommes occupés à garder la ville qui serviront. L’on croit que Monsieur [le duc d’Orléans] viendra assiéger la ville, mais le voisinage de M. de Schomberg a donné de l’appréhension à l’évêque d’Albi, qui a appelé quelques troupes pour le secourir. Cela a retenu M. de Béziers. Ils continuent néanmoins à faire le gros de leur armée entre Nîmes et Lunel. Ils ont fait faire cent échelles à Lunel et monter deux pièces bâtardes. Je pense que c’est pour faire quelqu’effort à Beaucaire. J’attends le retour de ce courrier et je suis, Monseigneur, votre très humble, très obéissant et très obligé serviteur,

D’Hémery

L’on m’a dit que vous aviez un munitionnaire. Je vous supplie de me l’envoyer, afin de voir et lui faire donner ordre, car la venue de l’armée nous surprendra. Cependant je vas faire marché [sic] pour <…>. Si vous en avez fait un, l’on rompra celui-ci.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Peut-être s’agit-il du receveur des tailles au diocèse de Mende, évoqué par Gabriel de La Vallée-Fossez dans un courrier adressé à Richelieu, de Montpellier, le 13 septembre 1632, plutôt que Pierre de Gianis, seigneur de La Roche, de Saint-Angel, etc., protestant, proche du duc d’Halluin, premier conseul de Beaucaire, évoqué par ce dernier sous le nom de « La Roche-Saint-Angel ». Voir Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, L’œil et la plume de Richelieu : correspondances croisées, 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2020, p. 330-331. []
  2. En référence aux frères du maréchal de Toiras, Jacques du Caylar de Saint-Bonnet, seigneur de Restinclières, sénéchal de Montpellier, et Claude du Caylar de Saint-Bonnet, évêque de Nîmes. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Catherine Vignal Souleyreau (6 juin 2022). Texte 274, année 1632, 9 août, Hémery à Richelieu. Correspondance et papiers d'État du cardinal de Richelieu. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tpxg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.