Archives de l’auteur : Marie-Catherine Vignal Souleyreau

À propos Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

Ferrier (Jean)

Jean (ou Jehan) Ferrier († 1638) appartient à une famille d’origine languedocienne. Il est le fils de Jérémie Ferrier († 26 septembre 1626), « ministre protestant converti [au catholicisme] »1, qui s’était d’abord fait connaître, et apprécier, de Richelieu dès 1611 en s’imposant comme le chef de file des huguenots d’État, prêts à se rallier à la cause royale, à l’époque de l’assemblée protestante de Saumur. Jérémie Ferrier était décédé au retour du déplacement de la cour à Nantes au cours de l’été 16262.

Il est le frère de François Ferrier, lieutenant d’artillerie, qui combat sous les ordres du maréchal d’Effiat : il n’est pas facile de distinguer les deux hommes. Associé à la compagnie des îles de l’Amérique, Jean Ferrier est en effet également au service du maréchal d’Effiat, en qualité de commis3.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome II, p. 257 note. []
  2. Voir le récit « de la mort du sieur de Ferrier », au Mercure françois, tome XII, p. 495-500, disponible en ligne, consulté le 05/07/2024. []
  3. Voir le courrier que le maréchal d’Effiat adresse à Richelieu, de Verdun, le 18 mai 1632, translation publiée en ligne, texte 738 ; et le courrier que Richelieu adresse au maréchal d’Effiat, le 27 mai 1632, texte 777. []

Texte 864, année 1635, 28 mai, le comte de Chavigny à Richelieu

Léon Bouthillier, comte de Chavigny, à Richelieu, Blois, 28 mai 1635.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 125-126. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), “La raison de guerre” : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2016, p. 276-278. 

Il s’agit de la réponse du comte de Chavigny à un courrier que lui a adressé Richelieu, de Château-Thierry, le 22 mai, translation publiée en ligne, texte 863. Le signataire est de retour de Loudun et de la ville de Richelieu, où il a accompagné le duc d’Orléans. Voir aussi le texte 857.

Monseigneur,

Puisque Monsieur envoie Monsieur des Ouches pour se réjouir avec le Roi et avec vous de la bonne santé de Sa Majesté et de la défaite du prince Thomas1, vous trouverez bon s’il vous plaît que je prenne une part de la joie publique et que je vous témoigne combien j’en ressens de voir la continuation des prospérités des armes du Roi et la suite des bons et grands succès qu’ont toujours eu vos sages conseils. J’espère, Monseigneur, que Dieu ne se lassera point de les bénir et qu’ils vous produiront bientôt ou de nouvelles conquêtes ou une paix pour donner le repos à la France qu’il y a longtemps que vous lui souhaitez.

Pour répondre aux articles de la lettre dont il a plu à Votre Éminence de m’honorer, je vous dirai, Monseigneur, que le Roi peut s’assurer que Monsieur ne fera plus aucun voyage qui puisse être mal interprété et qu’il a été extrêmement fâché que le dernier qu’il a fait ait tant donné de soupçons qui pouvaient beaucoup préjudicier aux affaires de Sa Majesté. Il vous conjure, Monseigneur, d’en assurer le Roi et que rien n’est capable au monde de lui donner la moindre pensée de faire quelque chose contre ce qu’il doit.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à la victoire des troupes françaises à Avein, le 20 mai 1635, au lendemain-même de la déclaration de guerre du roi de France au roi d’Espagne, sur les troupes du Cardinal-infant commandées par Thomas de Savoie. []

Arenberg (Gabriel d’, baron des Ouches)

Gabriel d’Arenberg (ou Aremberg, Aramberg) de La Béraudière, chevalier, baron des Ouches (ou Ousches), est le fils de Louis d’Arenberg, chevalier, baron des Ouches, seigneur de Cherigné, La Monautière et Ponceaux, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, et de Catherine de La Béraudière d’Urfé. Il détient la charge de premier chambellan du duc d’Orléans en 1627.

En 1635, le baron des Ouches est l’émissaire de Monsieur auprès de Louis XIII1.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le courrier que le comte de Chavigny adresse à Richelieu, de Blois, le 28 juillet 1635, translation publiée en ligne, texte 864. []

Texte 863, année 1635, 22 mai, Richelieu au comte de Chavigny

Richelieu à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Château-Thierry, 22 mai 1635.

Le document original est conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 245, f° 113-114. La transcription en a été publiée dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, t. V, p. 13-15.

Concernant le passage du duc d’Orléans dans la ville de Richelieu, voir aussi le courrier que le comte de Chavigny adresse à Richelieu, de Blois, le 28 mai, translation publiée en ligne, texte 864.

À Monsieur Bouthillier, conseiller du Roi en ses Conseils, secrétaire de ses commandements et chancelier de Monsieur [le duc d’Orléans]

22 mai 1635

Monsieur,

J’ai été très aise d’apprendre par vos lettres le bon état où vous mandez qu’est l’esprit de Monsieur. Vous savez bien que vous et moi n’avons jamais douté au fait de son voyage lorsque les soupçons semblaient plus échauffés. Cela n’empêche pas que je ne condamne son inquiétude quand elle lui fait faire des choses qui peuvent être mal interprétées. Mais j’oserais répondre que cela n’arrivera pas.

Le roi se porte fort bien, grâce à Dieu ; il n’a pas fallu peu disputer contre lui pour emporter qu’il n’allât point à l’armée. Enfin après une bonne querelle, qui est maintenant passée, il a condescendu aux supplications de ses serviteurs.

Je ne vous mande point de nouvelles, suivant la coutume en laquelle je suis de n’en écrire jamais ; joint que je craindrais que le sieur de Beauharnais1 et le petit Antilabarde [Jean II de La Barde] eussent occasion de se plaindre de moi si j’entreprenais sur leur charge.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Denis-Louis-Martial Avenel précise en note du texte qu’il a établi que la famille de Beauharnais est apparentée à celle de Claude Mangot, ancien garde des sceaux. Il s’agit ici plutôt de Jean II de Beauharnais, que de son père, François II de Beauharnais, lieutenant général du Roi au bailliage d’Orléans, ou de son frère aîné, François III de Beauharnais. []

Beauharnais (François II de)

François II de Beauharnais, seigneur de La Grillière et de Villechauve, est le fils de François Ier de Beauharnais, seigneur de Miramion, et de Madeleine Bourdineau. Il exerce successivement les charges de conseiller magistrat au bailliage et présidial d’Orléans, de premier président et de lieutenant général de cette dernière instance (1598), de maître des requêtes ordinaire de la Reine (1610), de député du tiers état pour les États généraux de 1614, et de conseiller du Roi en ses conseils d’État, privé et finances (1616).

Le 1er juillet 1635, Louis XIII le confirme dans sa qualité de président au présidial et de lieutenant général au bailliage d’Orléans en récompense des services rendus pendant 38 ans.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Beauharnais (Jean II de)

Jean II de Beauharnais, seigneur de La Boische, etc., est le fils puîné de François II de Beauharnais, seigneur de La Grillière et de Villechauve, et d’Anne Brachet, dame de La Boische. Il est le frère cadet de François III de Beauharnais, qui obtient en survivance de leur père, en 1635, les charges de président et lieutenant général au bailliage et présidial d’Orléans.

Jean II de Beauharnais est quant à lui pourvu de l’office de secrétaire du cabinet du Roi. Il est aussi gentilhomme de sa chambre et de gentilhomme de la suite du duc d’Orléans.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

La Barde (Jean II de)

Jean II de La Barde (1602-1692), baron puis marquis de Marolles1, est le fils de Jean Ier de La Barde et de Bonne Bouthillier, elle-même sœur du surintendant des finances Claude Bouthillier.

D’abord secrétaire ordinaire de la Reine mère de 1621 à 1631, il obtient la charge de secrétaire du cabinet du Roi2. Jean II de La Barde est nommé premier commis aux Affaires étrangères un peu avant 1635 et et succède à ce poste à Paul II Ardier de Beauregard (v. 1595-1671), lui-même parent des Bouthillier et cousin de La Vrillière, et au sieur Cottignon qui en exerçait les fonctions depuis 1632.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir la notice d’autorité que lui consacre la Bibliothèque nationale de France, disponible en ligne, consultée le 05/07/2024. []
  2. Voir Pierre Grillon (éd.), Les papiers de Richelieu : section politique intérieure, correspondance et papiers d’État. Tome VI : 1931, Paris, A. Pédone, 1985, p. 613 note. Voir aussi les extraits de la correspondance que Jean II de La Barde échange avec Léon Bouthillier en novembre 1630, à l’époque de la journée des Dupes, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome IV, p. 11-12, 27, 96 et 147. []

Texte 862, année 1632, 11 juin, Richelieu à l’archevêque de Bordeaux

Richelieu à Henri d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux, Laon, 11 juin 1632.

La transcription du document original a été publiée dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome IV, p. 307-308.

 

Voir aussi les textes 598, 779, 843.

 

À Monsieur, Monsieur l’archevêque de Bordeaux, à Paris

11 juin 1632

 

Monsieur,

Je ne vous ai point fait de réponse encore sur les mémoires que vous m’avez envoyés touchant l’accord de Messieurs les prélats et les religieux, parce que M. le Nonce [Alexandre Bichi], ni le père général des jacobins [Nicolas Ridolfi], n’ont peu le digérer jusqu’à présent, et n’y veulent entendre, si ces mots n’y sont ajoutés : Juxta decreta concilii Tridentini, et sub bene placito summi pontificis.

 

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 861, année 1633, début août, Richelieu à Henri d’Escoubleau de Sourdis

Richelieu à Henri d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux, vers le début août 1633.

La transcription du document manuscrit a été publiée dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome IV, p. 474-478. Il s’agit de la réponse au courrier adressé par Henri d’Escoubleau de Sourdis à Richelieu, de la ville de Richelieu, le 30 juillet 1633, translation publiée en ligne, texte 860.

l’archevêque de Bordeaux]

[Vers le commencement d’août 1633]

Puisque vous avez offert quatre-vingt mille écus de Monts, si Monsieur de Bellay s’en veut contenter, je les paierai, si non plantez-le là pour terminer. 

J’approuve ce que vous dites pour la ferme du duché. Je vous prie de voir à quoi elle se pourra monter, et la faire aller le plus haut que vous pourrez ; si La Rochegenty la veut prendre j’en serai bien aise. 

J’approuve ce que vous avez fait à l’Île-Bouchard pour le prêche. Je pensais le faire avec un peu plus de longueur, mais j’approuve votre expédition. 

Je suis bien aise que la ville s’avance. Loppès [Alphonse de Lopez] m’a dit qu’il avait envoyé de l’argent depuis quatre jours ; le sieur marquis votre frère [le marquis d’Alluyes], ici présent, s’est chargé de lui en parler. 

Je tâcherai de trouver des bâtisseurs, mais ce ne sera pas sans peine. Si [Antoine] Cytois [sic, Citoys] ne peut bâtir, je ne l’y veux pas contraindre, mais il faudra trouver quelqu’un pour prendre sa place ; aussi bien les alignements ne sont pas bons. Quant au Cœur [François Lecœur], j’apprends qu’il ne veut ni bâtir, ni demeurer à Richelieu, et moi j’entends par ce moyen reprendre ma charge. 

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Legendre (Antoine)

Antoine Legendre (1590-1665) détient les charges d’aumônier de Louis XIII et de contrôleur des jardins fruitiers du Roi. Il est aussi curé d’Hénouville de 1622 à 1659.

Il introduit la culture des arbres fruitiers en espalier en Normandie, et, le premier, pratique des greffes de poiriers sur des cognassiers. Il est l’auteur d’une célèbre Manière de cultiver les arbres fruitiers, publiée en 1652, à Paris, chez Antoine Vitré. L’ouvrage a parfois été attribué à Arnauld d’Andilly.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts