Archives de catégorie : Dictionnaire biographique

Ferrier (Jean)

Jean (ou Jehan) Ferrier († 1638) appartient à une famille d’origine languedocienne. Il est le fils de Jérémie Ferrier († 26 septembre 1626), « ministre protestant converti [au catholicisme] »1, qui s’était d’abord fait connaître, et apprécier, de Richelieu dès 1611 en s’imposant comme le chef de file des huguenots d’État, prêts à se rallier à la cause royale, à l’époque de l’assemblée protestante de Saumur. Jérémie Ferrier était décédé au retour du déplacement de la cour à Nantes au cours de l’été 16262.

Il est le frère de François Ferrier, lieutenant d’artillerie, qui combat sous les ordres du maréchal d’Effiat : il n’est pas facile de distinguer les deux hommes. Associé à la compagnie des îles de l’Amérique, Jean Ferrier est en effet également au service du maréchal d’Effiat, en qualité de commis3.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome II, p. 257 note. []
  2. Voir le récit « de la mort du sieur de Ferrier », au Mercure françois, tome XII, p. 495-500, disponible en ligne, consulté le 05/07/2024. []
  3. Voir le courrier que le maréchal d’Effiat adresse à Richelieu, de Verdun, le 18 mai 1632, translation publiée en ligne, texte 738 ; et le courrier que Richelieu adresse au maréchal d’Effiat, le 27 mai 1632, texte 777. []

Arenberg (Gabriel d’, baron des Ouches)

Gabriel d’Arenberg (ou Aremberg, Aramberg) de La Béraudière, chevalier, baron des Ouches (ou Ousches), est le fils de Louis d’Arenberg, chevalier, baron des Ouches, seigneur de Cherigné, La Monautière et Ponceaux, gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi, et de Catherine de La Béraudière d’Urfé. Il détient la charge de premier chambellan du duc d’Orléans en 1627.

En 1635, le baron des Ouches est l’émissaire de Monsieur auprès de Louis XIII1.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le courrier que le comte de Chavigny adresse à Richelieu, de Blois, le 28 juillet 1635, translation publiée en ligne, texte 864. []

Beauharnais (François II de)

François II de Beauharnais, seigneur de La Grillière et de Villechauve, est le fils de François Ier de Beauharnais, seigneur de Miramion, et de Madeleine Bourdineau. Il exerce successivement les charges de conseiller magistrat au bailliage et présidial d’Orléans, de premier président et de lieutenant général de cette dernière instance (1598), de maître des requêtes ordinaire de la Reine (1610), de député du tiers état pour les États généraux de 1614, et de conseiller du Roi en ses conseils d’État, privé et finances (1616).

Le 1er juillet 1635, Louis XIII le confirme dans sa qualité de président au présidial et de lieutenant général au bailliage d’Orléans en récompense des services rendus pendant 38 ans.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Beauharnais (Jean II de)

Jean II de Beauharnais, seigneur de La Boische, etc., est le fils puîné de François II de Beauharnais, seigneur de La Grillière et de Villechauve, et d’Anne Brachet, dame de La Boische. Il est le frère cadet de François III de Beauharnais, qui obtient en survivance de leur père, en 1635, les charges de président et lieutenant général au bailliage et présidial d’Orléans.

Jean II de Beauharnais est quant à lui pourvu de l’office de secrétaire du cabinet du Roi. Il est aussi gentilhomme de sa chambre et de gentilhomme de la suite du duc d’Orléans.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

La Barde (Jean II de)

Jean II de La Barde (1602-1692), baron puis marquis de Marolles1, est le fils de Jean Ier de La Barde et de Bonne Bouthillier, elle-même sœur du surintendant des finances Claude Bouthillier.

D’abord secrétaire ordinaire de la Reine mère de 1621 à 1631, il obtient la charge de secrétaire du cabinet du Roi2. Jean II de La Barde est nommé premier commis aux Affaires étrangères un peu avant 1635 et et succède à ce poste à Paul II Ardier de Beauregard (v. 1595-1671), lui-même parent des Bouthillier et cousin de La Vrillière, et au sieur Cottignon qui en exerçait les fonctions depuis 1632.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir la notice d’autorité que lui consacre la Bibliothèque nationale de France, disponible en ligne, consultée le 05/07/2024. []
  2. Voir Pierre Grillon (éd.), Les papiers de Richelieu : section politique intérieure, correspondance et papiers d’État. Tome VI : 1931, Paris, A. Pédone, 1985, p. 613 note. Voir aussi les extraits de la correspondance que Jean II de La Barde échange avec Léon Bouthillier en novembre 1630, à l’époque de la journée des Dupes, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome IV, p. 11-12, 27, 96 et 147. []

Legendre (Antoine)

Antoine Legendre (1590-1665) détient les charges d’aumônier de Louis XIII et de contrôleur des jardins fruitiers du Roi. Il est aussi curé d’Hénouville de 1622 à 1659.

Il introduit la culture des arbres fruitiers en espalier en Normandie, et, le premier, pratique des greffes de poiriers sur des cognassiers. Il est l’auteur d’une célèbre Manière de cultiver les arbres fruitiers, publiée en 1652, à Paris, chez Antoine Vitré. L’ouvrage a parfois été attribué à Arnauld d’Andilly.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Lecoeur (François)

François Lecœur est cité comme procureur à la duché-pairie de Richelieu dès 1633, date à laquelle il se voit proposer, par le cardinal-ministre, un terrain le long de la Grande Rue de la ville de Richelieu, sans être, cependant, en mesure d’y faire construire un pavillon1.

Il est promu président en l’élection de Richelieu en 16402.

Il a épousé Marie Gaultier, dont il a trois filles : Marie, Margerite et Geneviève, née en 16473.

Textes 860, 861,

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le courrier qu’Henri d’Escoubleau de Sourdis adresse à Richelieu, de la ville de Richelieu, le 30 juillet 1633, et la réponse que lui fait Richelieu, au début août, translations publiées en ligne, textes 860 et 861. []
  2. Louis-Auguste Bossebœuf, Histoire de Richelieu et des environs au point de vue civil, religieux et artistique, Tours, L. Péricat, 1890, p. 289. []
  3. Ibidem. []

Bernard (Pierre)

« Le pauvre Bernard » est évoqué en 16331. D’après Maximin Deloche, il pourrait s’agir du chirurgien Pierre Bernard2.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Dans le courrier qu’Henri d’Escoubleau de Sourdis adresse à Richelieu, le 30 juillet, translation publiée en ligne, texte 860. []
  2. Maximin Deloche, La Maison du cardinal de Richelieu : document inédit, Paris, Honoré Champion, 1912, p. 221. []

Prévost (le sieur)

Le sieur Prévost est un peintre employé au château de Richelieu, sous l’autorité de Jacques Lemercier, du début de la construction de l’édifice, au début des années 1630, jusqu’en 1642. Voir le courrier qu’Henri d’Escoubleau de Sourdis adresse à Richelieu, de la ville de Richelieu, le 30 juillet 1633, translation publiée en ligne, texte 860 ; le courrier de Richelieu à François Sublet de Noyers, de Bourbon-Lancy, 27 septembre 1642, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome VII, p. 149.

Texte 860,

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

La Borde (le sieur de, arpenteur)

Le sieur de La Borde apparaît pour l’année 1633 dans la correspondance de Richelieu, comme arpenteur de son duché1. Il peut être difficile de le distinguer de Jean de La Borde, argentier puis contrôleur de la Maison de Richelieu, à moins qu’il ne s’agisse du même personnage. Denis-Louis-Martial Avenel opère cependant bien la distinction entre les deux hommes2.

Textes 860, 861,

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le courrier qu’Henri d’Escoubleau de Sourdis adresse à Richelieu, le 30 juillet, 1633, translation publiée en ligne, texte 860. []
  2. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome VIII, p. 449. []