Archives de catégorie : Notices lettre F

Ferrier (Jean)

Jean (ou Jehan) Ferrier († 1638) appartient à une famille d’origine languedocienne. Il est le fils de Jérémie Ferrier († 26 septembre 1626), « ministre protestant converti [au catholicisme] »1, qui s’était d’abord fait connaître, et apprécier, de Richelieu dès 1611 en s’imposant comme le chef de file des huguenots d’État, prêts à se rallier à la cause royale, à l’époque de l’assemblée protestante de Saumur. Jérémie Ferrier était décédé au retour du déplacement de la cour à Nantes au cours de l’été 16262.

Il est le frère de François Ferrier, lieutenant d’artillerie, qui combat sous les ordres du maréchal d’Effiat : il n’est pas facile de distinguer les deux hommes. Associé à la compagnie des îles de l’Amérique, Jean Ferrier est en effet également au service du maréchal d’Effiat, en qualité de commis3.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome II, p. 257 note. []
  2. Voir le récit « de la mort du sieur de Ferrier », au Mercure françois, tome XII, p. 495-500, disponible en ligne, consulté le 05/07/2024. []
  3. Voir le courrier que le maréchal d’Effiat adresse à Richelieu, de Verdun, le 18 mai 1632, translation publiée en ligne, texte 738 ; et le courrier que Richelieu adresse au maréchal d’Effiat, le 27 mai 1632, texte 777. []

Fieubet (Gaspard II de)

Gaspard II de Fieubet (v. 1577-1647), seigneur de Cendray, baron de Launac [selon La Chesnaye-Desbois], seigneur de Castanet et de Gaillard [selon Françoise Bayard], est le fils de Gaspard Ier de Fieubet, seigneur de Castenet, maître d’hôtel du Roi, et de Claude Ardier, fille de Paul Ier Ardier de Beauregard, trésorier de l’Épargne.

Comme son grand-père maternel, il exerce la charge de trésorier de l’Épargne.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Fumée (Martin, dit “le chevalier des Roches”)

Martin III Fumée, dit « le chevalier des Roches », est le fils cadet de Martin II Fumée, seigneur des Roches-Saint-Quentin, et de Madeleine de Crevant. Il est aussi le frère de François Fumée, seigneur des Roches-Saint-Quentin et de Louis Fumée, seigneur des Roches-Saint-Quentin, aumônier du Roi († 1657).

Chevalier de l’ordre de Malte en 1616, officier de marine, il se trouve sous les ordres d’Henri d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux, en 16301.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir les instructions fournies par Richelieu à Henri d’Escoubleau de Sourdis, le 5 juillet 1630, dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome III, p. 731. []

Ferrand (le sieur)

Le sieur Ferrand apparaît dans la correspondance et les papiers d’État de Richelieu dans les courriers que Claude de Bullion adresse à Richelieu les 5, 7 juin et 17 août 16321. Associé au sieur « Martin » (peut-être Isaac Martin de Mauroy), il est notamment évoqué dans les deux premiers documents pour sa connaissance des postes.

En 1641, Richelieu ordonne l’emprisonnement, à Montpellier, d’un capitaine de vaisseau nommé « Férant » qui a perdu son navire, sans que l’on puisse déterminer s’agit-il du même homme2.

Textes 287, 791, 793,

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir les translations publiées en ligne, texte 791, texte 793 et texte 287. []
  2. Voir l’analyse que donne Denis-Louis-Martial-Avenel d’un courrier que Richelieu adresse à ce propos au prince de Condé, le 9 juillet 1641, dans Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome VII, p. 289. []

Forbin (Bernard de, seigneur de Saint-Cannat)

Bernard de Forbin (v. 1590-1646), seigneur de Saint-Cannat et de Saint-Rémy, est le fils de Gaspard de Forbin, († 1637) seigneur de Soliès (ou Solliès, Soliers), gouverneur de Toulon, et de Clarice (dite « Claire) de Pontevès de Carcès de Favas ; il est le petit-fils de Palamède II de Forbin († 1618), marquis titulaire de Pont-à-Mousson, seigneur de Soliès, de Saint-Cannat et de Saint-Rémy.

Gaspard de Forbin de Soliès signant ses courriers du nom de Soliès, la mention de « Saint-Cannat » doit se rapporter à Bernard de Forbin1.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir les courriers que Gaspard de Forbin de Soliès adresse à Richelieu, le 1er novembre 1634, puis le 4 novembre 1634, dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, Le trésor pillé du Roi : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1634, Paris, éditions L’Harmattan, 2013, 2 volumes, tome 2, p. 339-340 et p. 350. []

Fournier (André)

André Fournier (ou Fournié) apparaît comme chef-échanson (« chef de la chansonnerie ») du duc d’Orléans en 1634. Il sollicite alors un brevet du Roi, arguant de sa fidélité au souverain, et de son retour en France depuis 16321. Le document y faisant référence ne précise cependant rien concernant la nature du brevet demandé. 

Texte 750,

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir la liste de vingt officiers de Monsieur sollicitant un brevet du Roi, établie en 1634 par Louis Testu, conservée auMinistère des Affaires Étrangères, coll. Mémoires et Documents France, vol. 811, f° 210-211, translation publiée en ligne, texte 750. []

Fontenay (René de, seigneur de La Reynière)

René de Fontenay († 10 novembre 1657), seigneur de La Reynière (ou La Raynière, Rénière, Régnière), est le fils aîné de Pierre de de Fontenay (v. 1541-1610), seigneur de La Reynière, gouverneur de la place de Bellême, au comté du Perche. Il succède à son père au gouvernement de la ville et du château de Bellême, qu’il conserve près de cinq décennies. À partir de 1615, dans le contexte de la prise d’armes du prince de Condé contre la Régence, il entre en contact épistolaire avec le Roi, qui, le 11 septembre, l’autorise à lever et à établir une garnison de vingt soldats à Bellême. Si le contingent est licencié dès le 6 mai 1616, Louis XIII souligne néanmoins six mois plus tard la nécessité de pourvoir à la garde de la ville et du château de Bellême1.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le courrier que le Roi adresse à René de Fontenay, seigneur de La Reynière, de Paris, le 16 décembre 1616, dans Dr Jousset, Bellême sous Louis XIII, Mamers, imprimerie Jules Fleury, 1870, p. 7, voir aussi p. 5-6, et p. 8-9. []

Fresnel (Jean-Baptiste de)

Jean-Baptiste de Fresnel, au service du duc Charles IV de Lorraine, apparaît peut-être aussi sous le nom de « du Fresne » dans la correspondance de Richelieu, à propos de Clermont-en-Argonne1. Il exerce, au tout début des années 1630, les fonctions de gouverneur militaire de la place forte évoquée, avant que n’y soit envoyé François de Savigny, seigneur de Laimont2.

Voir Jean-Charles Fulaine, Le duc Charles IV de Lorraine et son armée, Metz, Éditions Serpenoise, 1997, p. 67 et p. 292.

Textes 731, 832

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le courrier que Jean de Rechignevoisin, seigneur de Guron, adresse à Richelieu, de Nancy, le 12 mai 1632, translation publiée en ligne, texte 731. []
  2. Ibidem. []

Fabert (Abraham II, marquis d’Esternay)

Abraham II Fabert (v. 1599-1662), marquis d’Esternay, est le fils cadet d’Abraham Fabert († 1638), seigneur des Moulins, non loin de Metz, imprimeur juré ordinaire de Metz, attaché au service du duc d’Épernon dès 1583, élu à cinq reprises maître-échevin de la ville (pour la première fois en 1610), et d’Anne des Bernards. 

Il est le frère de François Fabert († 1664), seigneur des Moulins, maître-échevin de Metz de 1659 à 1662, lieutenant de l’artillerie, et celui et d’Anne Fabert, qui épouse un secrétaire du duc d’Épernon, Nicolas du Jardin1.

Officier de fortune par excellence (par opposition au grade militaire donné dans l’immense majorité des cas par la naissance), il embrasse très jeune la carrière des armes et entre, à treize ans et demi, au service du duc d’Épernon, comme cadet dans une compagnie des gardes françaises installée à Metz (1613). Il gagne aussitôt la faveur du gouverneur de Metz et obtient, en 1618, grâce à son protecteur, qui est aussi colonel général de l’infanterie du roi de France, la charge d’enseigne au régiment de Piémont.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Martial Gantelet, L’absolutisme au miroir de la guerre : le roi et Metz (1552-1661), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 81 et p. 122. []

Ferdinand III de Habsbourg (roi de Bohême, roi de Hongrie, empereur)

Ferdinand III de Habsbourg (1608-1657) est le fils cadet de l’empereur Ferdinand II et de Marie-Anne von Wittelsbach (fille du duc de Bavière Guillaume V et de Renée de Lorraine). Son frère aîné décédé à l’âge de 14 ans, Ferdinand hérite des dignités de leur père. Roi de Hongrie en 1625, roi de Bohême en 1627, il prend part, en 1634, aux côtés du Cardinal-infant et du général Matthias Gallas, à la décisive bataille de Nördlingen. 

En 1635, il participe aux négociations du traité de Prague.

Il est élu roi des Romains en 1636 : le 22 décembre, Anselm-Casimir Wambolt von Umstadt, archevêque et prince-électeur de Mayence, procède à son sacre à Ratisbonne. Il peut ainsi devenir empereur en 1637.  

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts