Archives de catégorie : Translations Année 1632

Translations des textes issus de la correspondance et des papiers d’État de Richelieu datant de l’année 1632, après transcription des manuscrits originaux

Texte 862, année 1632, 11 juin, Richelieu à l’archevêque de Bordeaux

Richelieu à Henri d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux, Laon, 11 juin 1632.

La transcription du document original a été publiée dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome IV, p. 307-308.

 

Voir aussi les textes 598, 779, 843.

 

À Monsieur, Monsieur l’archevêque de Bordeaux, à Paris

11 juin 1632

 

Monsieur,

Je ne vous ai point fait de réponse encore sur les mémoires que vous m’avez envoyés touchant l’accord de Messieurs les prélats et les religieux, parce que M. le Nonce [Alexandre Bichi], ni le père général des jacobins [Nicolas Ridolfi], n’ont peu le digérer jusqu’à présent, et n’y veulent entendre, si ces mots n’y sont ajoutés : Juxta decreta concilii Tridentini, et sub bene placito summi pontificis.

 

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 857, année 1632, 10 juin, mémoire de Richelieu pour Henri d’Escoubleau de Sourdis

Mémoire de Richelieu destiné à Henri d’Escoubleau de Sourdis, 10 juin 1632.

La transcription du document original a été publiée dans Denis-Martial-Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tomeIV, p. 304-306, d’après le manuscrit, de la main de Denis Charpentier, repéré par Avenel dans la collection Baluze, aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France.

Richelieu fait part de ses desiderata quant à la décoration qu’il souhaite donner à son château de Richelieu et évoque également les terrains de la ville de Richelieu, le long de la Grande Rue, offerts au comte de Chavigny et à Antoine Citoys.

Avenel souligne que de nombreuses descriptions du château de Richelieu ont été données, notamment par Jean Desmarets de Saint-Sorlin (1595-1676), dès 1637, dans sa comédie Les Visionnaires, parue à Paris, chez Jean Camusat, avec privilège du Roi ; et surtout celle du graveur Jean Marot (1619-1679), qui en propose d’imposantes planches gravées, dédiées à Armand Jean de Vignerot du Pont-de-Courlay (1629-1715), 2e duc Richelieu, petit-neveu du cardinal-ministre, dans Le Magnifique château de Richelieu en général et en particulier : ou les plans, les élévations et profils généraux dudit château…, paru sans lieu ni date, probablement avant 16601.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. L’ouvrage a été numérisé par la Bibliothèque nationale de France et est disponible sur Gallica, consulté en ligne le 17/06/2024. []

Texte 856, année 1632, 5 juillet, Henri d’Escoubleau de Sourdis à Richelieu

Henri d’Escoubleau de Sourdis à Richelieu, Richelieu, 5 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 237. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 307-308.

L’archevêque de Bordeaux rend compte ici des travaux qu’il supervise pour le cardinal-ministre en la ville de Richelieu et à Brouage, où Richelieu fait également aménager une demeure1. Il est à noter que le ou les séjour(s) de Richelieu en sa ville de Richelieu, pour constater l’avancement des chantiers de la ville elle-même et du château qu’il fait ériger, restent très incertains.

Françoise Hildesheimer fait état d’un séjour de Richelieu à Richelieu en 1632, sans en préciser la date, et de « trois jours seulement »2. Alexandre Gady indique que Richelieu aurait séjourné trois fois à Richelieu pour visiter le chantier de son château : en mai et en novembre 1632 et en mai 16333. L’historien reprend une étude ancienne de Louis Batiffol4, et un courrier manuscrit que Fouqueteau de La Coindrie adresse à Denis Charpentier, secrétaire de Richelieu, de Poitiers, le 1er juin 16335. Fouqueteau de La Coindrie écrit en effet : « Lorsque Monseigneur le Cardinal était à Richelieu, Monsieur de Sainte-Marthe allant avec Monsieur le lieutenant de Poitou présenter ses œuvres imprimées, eut agréable de se charger d’une centurie spirituelle de ma façon pour vous l’offrir de ma part, avec une lettre qui témoignait comme fait celle-ci, le bonheur que je recevrais si elle vous était mise en main propre, dont il m’a assuré à son retour… ».

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Concernant la ville de Richelieu, voir les travaux de Marie-Pierre Terrien, Richelieu : histoire d’une cité idéale (1631-2011), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 et La cité idéale et le château de Richelieu : un programme architectural savant. Tours : Conseil général d’Indre-et-Loire, 2003. []
  2. Françoise Hildesheimer, Richelieu, Paris, Flammarion, 2004, p. 289. []
  3. Alexandre Gady, « Le grand château de Richelieu, chef d’œuvre de Jacques Lemercier », dans collectif, Richelieu à Richelieu, Milan, Silvana Editoriale, 2011, p. 39-53, voir p. 39. []
  4. Louis Batiffol, Autour de Richelieu : sa fortune, ses gardes et mousquetaires, la Sorbonne, le château de Richelieu, Paris, Calmann-Lévy, 1937, p. 160. []
  5. Le document manuscrit est conservé à la Bibliothèque nationale de France, coll. Baluze, vol. 333, f° 104. []

Texte 855, année 1632, 4 juillet, le marquis d’Alluyes à Richelieu

Charles d’Escoubleau de Sourdis, marquis d’Alluyes, à Richelieu, Corbie, 4 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 234. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 306-307.

Monseigneur,

J’ai, suivant votre commandement, retiré une copie authentique du titre par lequel l’abbé de Corbie [Henri de Lorraine-Guise] est tenu des réparations des murs et fortifications de la ville, et le Roi déchargé. J’ai estimé vous devoir donner avis que, à Péronne, M. le gouverneur ((Le gouverneur de Péronne est Bernard Potier, vicomte de Blérancourt. Il cède sa charge à Charles de Monchy d’Hocquincourt en octobre 1636.)) a pris de M. de Valencé [Jacques II d’Estampes, marquis de Valençay] un sergent qui était dans Calais, et l’a mis dans le château, que l’on parle d’ouvrir une fausse porte dudit château, qui va dans le fossé, et que, depuis le passage du Roi en ce pays, l’on fait sortir du château de Péronne l’escouade des Suisses qui y font la garde, avant que de faire entrer celle qui va relever, contre l’ordre gardé de tout temps et observé.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 854, année 1632, 4 juillet, Claude de Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 4 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 256-258. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 304-306.

Monseigneur,

Étant hier aux Augustins réformés, j’ai vu M. le marquis de Mirabel, lequel me pria de faire un tour de jardin. Il me tint deux grosses heures et davantage. Je ne manquerai, Dieu aidant, de vous rendre compte de toutes les particularités lorsque j’aurai l’honneur d’être auprès de vous, ne m’étant voulu charger d’écrire, lui ayant seulement promis de vous faire entendre ce qu’il me disait lorsque je serai à la cour.

Je commencerai par le particulier dudit marquis. Il est extrêmement étonné de la résolution prise par le Roi de ne vouloir qu’il prenne congé de Sa Majesté. Il veut attribuer cette résolution sur ce qu’il estime n’être en vos bonnes grâces, lesquelles il dit avoir extraordinairement recherchées, et en appelle la Reine à témoin. 

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 853, année 1632, 2 juillet, Claude de Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 2 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 266. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 304.

Monseigneur,

Depuis ma lettre écrite, M. le chevalier du guet [Louis Testu], lequel m’avait communiqué l’affaire de du Venan, me vient de dire qu’il l’avait arrêté prisonnier et son valet aussi, lequel confesse et avoue le fait. Ledit du Venan n’a voulu répondre. Il est vrai que ce beau placard a été imprimé à Bruxelles, et que ledit valet assure que du Venan lui a dit qu’il fallait jeter ledit placard en divers endroits de cette ville, et c’était le commandement de la Reine mère, lequel il fallut exécuter. Il importe que cette affaire soit jugée par gens de biens et affidés au service du Roi. Et en ce point je me trouve empêché, craignant que la chambre de l’Arsenal ne s’y conduise comme il serait à désirer.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 852, année 1632, 2 juillet, l’archevêque d’Arles à Richelieu

Jean de Jaubert de Barrault, archevêque d’Arles, à Richelieu, 2 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 254-255. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 303-304.

Monseigneur,

Sitôt que j’eus appris le passage de Monsieur [le duc d’Orléans] en Bourgogne, je vous dépêchai un courrier nommé <…>, le 28 du mois passé, afin de vous rendre compte des avis que j’avais eus de bonne part, et que je croyais importer au service du Roi. Maintenant, je fais courir cette dépêche par la voie de la poste pour vous avertir que je sais que Monsieur a mandé à un de ses principaux arcboutoirs [sic] du Languedoc qu’il s’en allait en Guyenne et faisait venir en Vivarais M. d’Elbeuf avec force gens de pied. 

J’ai appris encore qu’un nommé Vinesac, qui a acheté du sieur de Montreul [sic, pour Montréal] le gouvernement de Villeneuve-de-Berg, est en Cour, donne des avis à ceux qui servent Monsieur. Le comte de Saint-Remèse a voulu engager un gentilhomme qualifié au service de Monsieur, dont je me donnai l’honneur de vous écrire il y a 7 ou 8 mois, et lui offrait de prendre une partie de vingt mille écus qui sont entre les mains de M. de Modène le père. J’ai assuré ce gentilhomme que si Sa Majesté venait de-deçà, qu’il ne serait point oublié, et que cependant, il arrêtât ses amis de peur qu’ils ne prissent parti ailleurs, ce qu’il m’a promis de faire. J’ai cru, Monseigneur, que vous auriez agréable mon procédé.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 851, année 1632, 2 juillet, Louis Testu à Richelieu

Louis Testu à Richelieu, Paris, 2 juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires &Documents  France, vol. 802, f° 253. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 302-303. Voir les textes 831, 839 et 844.

Monseigneur,

En suite de ce que je vous ai écrit par ma dernière, l’affaire a été, Dieu merci, si bien conduite que j’ai arrêté du Venant, avec son valet, lequel a jeté les placards. Et il peut être aisément convaincu, de quelques dénégations qu’il puisse en faire, de les avoir apportés de Bruxelles, et de les avoir fait distribuer. Le porteur, auquel je me suis confié de toute cette conduite vous en dira tout le détail, s’il vous plait de lui commander. J’en ai mandé à Monseigneur le garde des sceaux [le marquis de Châteauneuf] mon sentiment, car je crois que, de cette affaire-là, l’on en peut tirer foin, l’affaire étant bien conduite. Ensuite, je lui ai donné charge de vous parler de quelque chose, Monseigneur, à laquelle je vous supplie d’avoir égard, et de considérer les raisons qu’il vous pourra dire, ce que j’espère de votre bonté.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 850, année 1632, 1er juillet, Guillaume Bautru à Richelieu

Guillaume Bautru à Richelieu, Paris, 1er juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 804, f° 228-231. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 300-302. Voir aussi le texte 849.

Monseigneur,

La joie que Paris a reçue de la nouvelle que j’y ai apportée1 vous sera écrite par nombre de personnes plus intelligentes que moi, mais la façon dont je l’ai débitée ne vous peut être plus véritablement mandée que par moi-même. 

J’allai mercredi de grand matin au palais, où personne n’avait encore rien su du traité de paix. Mais, au contraire, on passait le jour d’auparavant pour ridiculiser ceux qui témoignaient d’ajouter créance à ceux qui disaient que M. de Lorraine offrait une place. L’ambassadeur d’Espagne [le marquis de Mirabel] assurait publiquement que le Roi n’oserait avoir regardé Nancy pour l’assiéger, et que c’était de la besogne pour plus de deux ans, que le roi d’Espagne perdrait plutôt ses États que de laisser opprimer un si grand prince. Ils me reçurent avec beaucoup d’honneur au parlement, me donnant place entre MM. Durant et de La Noue2. Je leur contai simplement la nue vérité de ce qui s’était passé, sachant que les maîtres du métier tiennent que, lorsque les actions sont au point où la valeur des armes du Roi et la vôtre les mettent, elles n’ont besoin d’aucun ornement que de ceux qu’elles tirent de la grandeur de ceux qui les ont faites. Ils remarquèrent qu’étant votre créature, je n’avais pas nommé votre nom, mais, qu’en déduisant les actions du Roi et celles du duc de Lorraine, j’avais dit que ce prince n’avait jamais pris conseil de personne, ni donné confiance privative à aucun de ses ministres. Je leur dis de plus que le Roi m’avait commandé de leur dire qu’il n’avait pas tant de joie de l’heureux progrès de ses armes, et de la bonne situation de ses affaires présentes que d’avoir appris de M. de Saint-Étienne que le roi de Suède n’apportait en sa considération aucun empêchement à l’exercice de la religion catholique.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Celle de la signature, le 26 juin, du traité de Liverdun par le roi de France et le duc de Lorraine. []
  2. La mention du sieur Durant pourrait se rapporter à Ursin Durant. Celle du sieur de La Noue est plus difficile à établir. Pourrait-il s’agir de Guillaume de La Noue, conseiller au parlement de Bretagne ? []

Texte 849, année 1632, 1er juillet, Claude de Bullion à Richelieu

Claude de Bullion à Richelieu, Paris, 1er juillet 1632.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 802, f° 252. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), La correspondance du cardinal de Richelieu : au faîte du pouvoir, l’année 1632, Paris, éditions L’Harmattan, 2007, p. 298-300.

Le document s’inscrit dans le contexte de la signature, le 26 juin, du traité de Liverdun imposé par le roi de France au duc de Lorraine. Il y est d’abord stipulé que Charles IV « observera religieusement à l’avenir les cinq premiers articles du traité de Vic qui reprennent nouvelle force en vertu du présent, sans plus s’en déporter en façon quelconque et ne laissera passer dans ses États aucunes troupes de gens de guerre qui aient dessein contre le Roi ou ses États »1. Le traité de Liverdun fixe également sans équivoque l’attitude que Charles IV doit observer : le duc consent une participation financière et militaire aux combats du roi de France, lui laissant libre passage dans ses États. L’aide à fournir à Louis XIII est prévue en tous conflits, quels qu’ils soient, et sans limites. Louis XIII s’engage à évacuer les pays occupés et remettre Bar, Saint-Mihiel et Pont-à-Mousson, si symboliques de l’identité lorraine, à leur duc. En contrepartie, Charles IV laisse au vainqueur Stenay et Jametz pour quatre ans. Un article secret oblige le cardinal de Lorraine à se constituer otage si les places n’étaient pas livrées. Surtout Charles IV doit céder le bailliage de Clermont-en-Argonne en toute propriété, même s’il reçoit un dédommagement financier. En matière féodale, le territoire de Clermont relève de la suzeraineté impériale.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le texte complet du traité dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Richelieu et la Lorraine, Paris, éditions L’Harmattan, 2004, p. 375-376. []