Archives de catégorie : Translations Année 1635

Translations des textes issus de la correspondance et des papiers d’État de Richelieu datant de l’année 1635, après transcription des manuscrits originaux

Texte 864, année 1635, 28 mai, le comte de Chavigny à Richelieu

Léon Bouthillier, comte de Chavigny, à Richelieu, Blois, 28 mai 1635.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 125-126. Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), “La raison de guerre” : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2016, p. 276-278. 

Il s’agit de la réponse du comte de Chavigny à un courrier que lui a adressé Richelieu, de Château-Thierry, le 22 mai, translation publiée en ligne, texte 863. Le signataire est de retour de Loudun et de la ville de Richelieu, où il a accompagné le duc d’Orléans. Voir aussi le texte 857.

Monseigneur,

Puisque Monsieur envoie Monsieur des Ouches pour se réjouir avec le Roi et avec vous de la bonne santé de Sa Majesté et de la défaite du prince Thomas1, vous trouverez bon s’il vous plaît que je prenne une part de la joie publique et que je vous témoigne combien j’en ressens de voir la continuation des prospérités des armes du Roi et la suite des bons et grands succès qu’ont toujours eu vos sages conseils. J’espère, Monseigneur, que Dieu ne se lassera point de les bénir et qu’ils vous produiront bientôt ou de nouvelles conquêtes ou une paix pour donner le repos à la France qu’il y a longtemps que vous lui souhaitez.

Pour répondre aux articles de la lettre dont il a plu à Votre Éminence de m’honorer, je vous dirai, Monseigneur, que le Roi peut s’assurer que Monsieur ne fera plus aucun voyage qui puisse être mal interprété et qu’il a été extrêmement fâché que le dernier qu’il a fait ait tant donné de soupçons qui pouvaient beaucoup préjudicier aux affaires de Sa Majesté. Il vous conjure, Monseigneur, d’en assurer le Roi et que rien n’est capable au monde de lui donner la moindre pensée de faire quelque chose contre ce qu’il doit.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à la victoire des troupes françaises à Avein, le 20 mai 1635, au lendemain-même de la déclaration de guerre du roi de France au roi d’Espagne, sur les troupes du Cardinal-infant commandées par Thomas de Savoie. []

Texte 863, année 1635, 22 mai, Richelieu au comte de Chavigny

Richelieu à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Château-Thierry, 22 mai 1635.

Le document original est conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 245, f° 113-114. La transcription en a été publiée dans Denis-Louis-Martial Avenel (éd.), Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, t. V, p. 13-15.

Concernant le passage du duc d’Orléans dans la ville de Richelieu, voir aussi le courrier que le comte de Chavigny adresse à Richelieu, de Blois, le 28 mai, translation publiée en ligne, texte 864.

À Monsieur Bouthillier, conseiller du Roi en ses Conseils, secrétaire de ses commandements et chancelier de Monsieur [le duc d’Orléans]

22 mai 1635

Monsieur,

J’ai été très aise d’apprendre par vos lettres le bon état où vous mandez qu’est l’esprit de Monsieur. Vous savez bien que vous et moi n’avons jamais douté au fait de son voyage lorsque les soupçons semblaient plus échauffés. Cela n’empêche pas que je ne condamne son inquiétude quand elle lui fait faire des choses qui peuvent être mal interprétées. Mais j’oserais répondre que cela n’arrivera pas.

Le roi se porte fort bien, grâce à Dieu ; il n’a pas fallu peu disputer contre lui pour emporter qu’il n’allât point à l’armée. Enfin après une bonne querelle, qui est maintenant passée, il a condescendu aux supplications de ses serviteurs.

Je ne vous mande point de nouvelles, suivant la coutume en laquelle je suis de n’en écrire jamais ; joint que je craindrais que le sieur de Beauharnais1 et le petit Antilabarde [Jean II de La Barde] eussent occasion de se plaindre de moi si j’entreprenais sur leur charge.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Denis-Louis-Martial Avenel précise en note du texte qu’il a établi que la famille de Beauharnais est apparentée à celle de Claude Mangot, ancien garde des sceaux. Il s’agit ici plutôt de Jean II de Beauharnais, que de son père, François II de Beauharnais, lieutenant général du Roi au bailliage d’Orléans, ou de son frère aîné, François III de Beauharnais. []

Texte 803, année 1635, 11 novembre, Guy d’Elbène au comte de Chavigny

Guy d’Elbène à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, 11 novembre 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 816, f° 112. Original autographe. Pour le classement : « de Monsieur d’Elbène ».

Monsieur,

Monsieur de Courbanton s’en allant vous assurer de son très humble service a désiré que je vous témoignasse par celle-ci quelle passion il désire être reçu de vous au nombre de vos serviteurs. Si je ne le connaissais pour homme à vous bien servir, je n’aurais nullement déféré à sa prière, ne voulant jamais avoir rien de si cher que votre service et d’amis que ceux que vous tiendrez pour les vôtres. Je vous assure que vous n’aurez jamais regret d’avoir obligé Monsieur de Courbanton. Son Altesse [le duc d’Orléans] a retardé son voyage jusqu’à huit ou dix jours d’ici. Il donne ordre à son cardin, à son cabinet et à son bâtiment. Il a ce matin envoyé quérir ses chiens pour chevreuil. Il est en parfaite santé. Je vous supplie me conserver l’honneur de vos bonnes grâces, lesquelles j’essaierai de mériter par mes très humbles services et la qualité de, Monsieur, votre très humble, très obéissant et très fidèle serviteur,

D’Elbène

Ce 11 novembre 1635

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 802, année 1635, 22 juin, Guy d’Elbène au comte de Chavigny

Guy d’Elbène à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, 22 juin 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 814, f° 202. Original autographe. Le 22 juin, Guy d’Elbène adresse deux autres courriers au comte de Chavigny, tous deux également conservés au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 200 et f° 201.

Voir les translations publiées en ligne, textes 800 et 801

Monsieur,

Monsieur de Langeron s’en allant à Paris pour les affaires de son frère, il a désiré que je vous écrivisse en sa faveur et, quoiqu’il se sente extrêmement votre obligé de la peine que Monsieur de La Rivière lui a dit que vous aviez prise, il espère que vous l’assisterez encore en ce qui ce pourra. Je vous en conjure de tout mon cœur car il le mérite et vous ne sauriez obliger personne dont vous ayez plus de satisfaction. Monsieur de La Rivière vient d’arriver, je ne sais s’il accompagnera Son Altesse [le duc d’Orléans] au Lude ou s’il demeurera ici. Il ne me la sut encore dire, mais il nous a bien assuré que vous ne seriez pas ici si tôt. Ce m’a été une nouvelle fâcheuse puisqu’elle m’ôte l’espérance de vous voir si tôt, Monsieur s’en allant au Lude pour huit ou dix jours, j’attendais tous les jours mon frère d’Agen [Barthélemy d’Elbène] comme m’aviez fait l’honneur de m’écrire, mais cela n’a pas été. J’attendais par lui de vos nouvelles. Je vous envoie un paquet que votre maître d’hôtel m’a donné. Je souhaiterais avec passion être ici utile pour votre service afin de vous témoigner avec combien de passion je suis, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

D’Elbène

Ce 22 juin 1635

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 801, année 1635, 22 juin, Guy d’Elbène au comte de Chavigny

Guy d’Elbène à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, 22 juin 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 814, f° 200. Original autographe. Pour le classement : « M. d’Elbène à M. Bouthillier ». Le 22 juin, Guy d’Elbène adresse deux autres courriers au comte de Chavigny, tous deux également conservés au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 201 et f° 202.

Voir les textes 800 et 802.

Monsieur,

Son Altesse [le duc d’Orléans] m’a commandé depuis vous avoir écrit de vous donner avis qu’il n’ira point à la cour qu’il ne vous ait entretenu et que je le vous mandasse afin que vous veniez le quérir. Il n’attend que vous pour prendre sa résolution sur ce voyage, lequel il fera avec gaieté à mon avis. Au moins l’ai-je vu jusqu’à aujourd’hui dans ce dessein. Il part demain pour aller coucher à Maillé, où sa galère le meut. De là, son carrosse le mènera au Lude. J’espère faire ce voyage avec lui quoique j’eusse souhaité m’en exempter à cause des débauches et autres embarras. Mais vous savez mon obéissance et que vous suis trop obligé pour manquer à pas un de vos commandements. Ce n’est pas pour vous faire valoir le service que je peux y rendre, car je vous assure que Son Altesse connait si parfaitement l’affection avec laquelle vous le servez et a tant de marques de l’amitié que Son Éminence a pour lui que l’on fait fort bien sa cour auprès de lui de lui témoigner que l’on est votre serviteur et dans les intérêts de Son Éminence, et vous n’avez de besoin d’aucune assistance pour le persuader sur cela, pourvu que son esprit ne soit point altéré par de méchants conseils, ce que je crois presque impossible. Vous êtes trop habile pour le permettre. Je vous conjure de me continuer l’honneur de vos bonnes grâces et la qualité de, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

D’Elbène

Ce 22 juin au soir 1635

Santerre arriva hier.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 800, année 1635, vers le 22 juin, Guy d’Elbène au comte de Chavigny

Guy d’Elbène à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, vers le 22 juin 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires et Documents France, vol. 814, f° 201. Original autographe, dont le bas est coupé. Le 22 juin, Guy d’Elbène adresse deux autres courriers au comte de Chavigny, tous deux également conservés au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 200 et f° 202.

Voir les translations publiées en ligne, textes 801 et 802.

Monsieur,

Je vous ai écrit pour Monsieur de Langeron comme je ferai pour tous ceux qui me prieront de vous écrire sur l’assurance qu’ils veulent être vos serviteurs et sur l’assurance que j’ai que si vous ne jugez pas à propos de rendre office, que vous trouverez moins mauvais que je vous en prie qu’autre, et que vous me refuserez avec moins de de contrainte que s’ils vous en faisaient écrire par Monsieur [le duc d’Orléans]. Monsieur de La Rivière est arrivé qui a fort entretenu Son Altesse. Je ne sais de quoi, car je n’ai pas vu Son Altesse depuis [qu’] il vient au Lude. Nous verrons si Son Altesse changera ou diminuera de la bonne humeur en laquelle Monsieur Goulas1 vous dira qu’il l’a trouvé en arrivant.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à Nicolas Goulas, qui accompagne le duc d’Orléans, à partir de Blois, dans son périple le long de la Loire dès la fin avril 1635, ou à Léonard Goulard, qui rejoint Monsieur avec l’abbé de La Rivière et le comte de Chavigny à Montsoreau au début du mois de mai. Voir Georges Dethan, La vie de Gaston d’Orléans, Paris, éditions de Fallois, 1992, p. 138-139. Il est à noter que le frère de Léonard Goulas, Claude Goulas, fait, lui aussi, partie de la Maison de Monsieur, telle qu’elle est décrite par Eugène Griselle pour l’année 1627, voir Eugène Griselle – pub. -, Maisons de la Grande Mademoiselle et de Gaston d’Orléans, son père, Paris, éditions de documents d’Histoire, 1912, p. 12. []

Texte 799, année 1635, 25 mai, le père Chanteloube au sieur Choart

Le père Chanteloube à Henri Choart, seigneur de Buzenval ( ?), 25 mai 1635.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 97. Le manuscrit porte la mention : « <De la> main du père Champagne [sic] <à> Chouart, 25 mai 1635. ».  Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), “La raison de guerre” : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2016, p. 256-257. 

Il s’agit, comme le courrier du père Chanteloube adressé à André Le Clercq, à la même date1, et comme le courrier adressé par René Augier à Balthazar Gerbier d’Ouvilly2, d’un courrier intercepté par Arnould de Nouveau, surintendant général des postes et relais. L’identité du destinataire reste incertaine.

Monsieur,

Craignant que les messagers dorénavant n’aient plus la liberté d’aller, et y ayant des siècles que je n’ai appris de vos nouvelles, je veux vous témoigner par ces lignes les soins que me donne votre personne à qui je souhaite et la santé et plénitude de contentement. Et comme vous et moi sommes dans une possession de ne vouloir s’écrire l’un à l’autre que pour satisfaire aux devoirs de l’amitié, je continuerai ce même train si vous me faites connaître que vous l’ayez agréable. Ce n’est pas qu’il n’y ait matière de long entretien à qui serait curieux de nouvelles, car, tant la venue du hérault [Jean Gratiollet de Daubas] et le refus de l’entendre pour avoir manqué aux formalités ordinaires en pareilles occurrences, que la défaite des troupes du prince Thomas [à Avein, le 20 mai], fournissent un assez large champ d’écrire. On dit qu’il rallie ses troupes. L’infanterie a fait fort bien, et la cavalerie fort infâmement, ôté le comte de Bucquoy, Villerval [Willerval] et 40 maîtres qui firent en gens de cœur. Le prince Thomas voyant fuir la cavalerie allait en tous les escadrons ranimer, mais ils étaient sourds et attentifs seulement à la fuite, ce que voyant le prince Thomas, il descendit de cheval et prenant une pique se mit à la tête d’un régiment pour y combattre en volontaire, mais le maître de camp ne lui voulut souffrir. Aimez-moi et me mandez quelques fois si votre santé est bonne. Je suis.

Ce 25 mai 1635

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Document conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 94-96, publié par Marie-Catherine Vignal Souleyreau – éd. -, “La raison de guerre” : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2016, p. 254-256. []
  2. Translation publiée en ligne, texte 798. []

Texte 798, année 1635, 25 mai, René Augier à Balthazar Gerbier d’Ouvilly

René Augier à Balthazar Gerbier d’Ouvilly, 25 mai 1635.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 814, f° 92-93. Il s’agit d’une copie en partie chiffrée, où figure la mention « Auger à Gerbier, 25 mai 1635 ». Le texte original a été publié dans Marie-Catherine Vignal Souleyreau (éd.), “La raison de guerre” : correspondance du cardinal de Richelieu, année 1635, Paris, éditions L’Harmattan, 2016, p. 250-253. 

Monsieur,

Le Roi est à Château-Thierry, auquel lieu Sa Majesté fait état de se baigner durant 10 ou 12 jours. 94 a écrit qu’elle est entièrement quitte des quatre légers accès de fièvre qu’elle a eu depuis quinze jours. 91 est aussi audit Château-Thierry, empêchée à essuyer ses larmes depuis que Sadite Majesté dit en sa présence que désormais ses armes ne se joindraient plus aux Hollandaises par voie auxiliaire mais commune. Monsieur le Cardinal a écrit ici à Messieurs le garde des Sceaux [Pierre Séguier] et Bullion de faire un tour à Château-Thierry où ils s’acheminèrent mercredi dernier ayant laissé en cette ville le gros du Conseil où ils ont promis d’être de retour en peu de jours. Ledit sieur de Bullion réjouira Sadite Majesté par la présentation de l’état des finances qu’il a dressé pour le maintien de la guerre. Lundi dernier vinrent nouvelles à Sadite Majesté que Messieurs les maréchaux de Châtillon et de Brézé ont joint l’armée de Messieurs les États près de Maastricht et que les deux armées font ensemble cinquante mille hommes de pied et dix mille chevaux, suivies de soixante canons outre les coulevrines et autres petites pièces. Lesdits maréchaux ont fait raser en chemin faisant le château d’Orchimont qui servait de retraite aux picoreurs1. Il y a longtemps que par prévoyance l’on avait fait couler par Mézières sur la rivière de Meuse quantité de blés au Liège.

Le sieur Breton, roi des armes, s’étant trouvé indisposé par les chemins, n’a pas fait le voyage à Bruxelles, pour lequel on l’avait mandé de cette cour, non plus qu’un hérault que Sadite Majesté avait désigné, car ledit hérault témoignant n’avoir pas assez d’assurance pour tel message, Sadite Majesté lui fit ôter sa cote d’armes qu’elle fit vêtir à un de ses officiers, lequel elle chargea de porter à l’Infant-cardinal les paroles aux termes que vous verrez en la Gazette extraordinaire2.

Avis sont venus en cette cour que Gallas a envoyé au duc Charles de Loraine quatre mille chevaux et deux mille hommes de pied des troupes d’Isolani par le pont de Brisach, que ledit duc a eu quelque dessein de faire surprendre Sélestat, et que ses troupes s’avancent comme pour aller joindre celle du prince Thomas en Luxembourg. 

Là-dessus, l’on a pris forte résolution de s’y opposer et d’empêcher cette jonction par diversion et autrement à cet effet Monsieur de Feuquières s’est lié dit-on avec deux mille cinq cents chevaux et quelque infanterie au maréchal de La Force, près duquel est M. le cardinal de La Valette, et l’on fait avancer M. du Hallier vers Chaumont avec des belles troupes, lesquelles feront penser à la conservation de la Franche-Comté. Les levées pour Sadite Majesté continuent toujours, non seulement au-dedans de ce royaume mais aussi au dehors, le colonel Rantzau a touché cent deux mille livres pour 3000 hommes de pied et 500 chevaux qu’il s’est chargé de faire en Allemagne. Monsieur le duc de Chaulnes commande quelque 4000 hommes de pied et 500 chevaux en Picardie, où l’on a enrôlé tous les hommes non mariez propres à porter les armes depuis 20 jusques à 50 ans avec ordre de se tenir prêts contre les événements. L’on se promet de faire par là à un besoin un corps de 14 à 15 mille hommes. 

Pareil ordre a été donné aux autres provinces, en Guyenne, Languedoc, Provence et Dauphiné. Nous croyons le maréchal de Créqui à présent à Pignerol. 

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. La place d’Orchimont, aux Pays-Bas espagnols, auj. Belgique, commune de Vresse-sur-Semois, est tombée aux mains des Français, commandés par le maréchal de Châtillon, le 11 mai et est en effet livrée au pillage []
  2. La déclaration de guerre est porté par Jean Gratiollet de Daubas, écuyer, héraut d’armes de France au titre d’Alençon. Concernant le récit de la guerre de Trente Ans proposé par Théophraste Renaudot, voir Hélène Duccini, « La guerre de Trente ans en France : discours et représentations », Le Temps des médias, 2005/1, n° 4, p. 137-150. []

Texte 785, année 1635, 19 juillet, Jacques de Saint-Aubin au comte de Chavigny

Jacques de Saint-Aubin à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Metz, 19 juillet 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 25, f° 292-293 Original autographe. Suscription au f° 293 v° : « à Monseigneur, Monseigneur Bouthillier, conseiller du Roi en tous ses conseils, premier secrétaire d’État et des commandements de Sa Majesté, en cour ». Pour le classement : « de Saint-Aubin, Metz, 19 juillet 1635 ».

Le courrier de Jacques de Saint-Aubin s’accompagne de la copie du courrier adressé par Robert Marion de Druy, gouverneur de Longwy, à la marquise de Feuquières, née Anne Arnauld, le 17 juillet1.

Monseigneur,

Je vous ai écrit ma dernière le 12e de ce mois par un courrier de M. de Feuquières, depuis laquelle j’ai reçu par la voie de Strasbourg le traité de Saxe, imprimé2, lequel a été envoyé par Gallas aux seigneurs de ladite ville le 5e du courant, avec une lettre patente de l’Empereur qui ne leur donne par icelle que dix jours de temps pour se déclarer, auquel Gallas ils ont fait une généreuse réponse que je vous ai noté dans mon extrait ci-joint, où trouverez aussi le surplus des autres nouvelles que j’ai pu apprendre d’Allemagne, selon le peu d’avis que nous en recevons au temps présent, très périlleux pour les lettres, ce que je dis non sans cause, d’autant que l’on m’écrit de Strasbourg que le maître de la poste de Francfort a voulu hasarder (depuis que notre chemin ordinaire est totalement fermé) de m’envoyer des lettres par la voie de Strasbourg, mais son paquet a été pris et ouvert par les Impériaux vers Heilbronn, de sorte que toutes mes lettres ont été retenues, où sans-doute y en avait pour vous, Monseigneur, soit du baron de Rorté, Mazan ou autres résidents d’Allemagne. Et à cela, je ne vois aucun remède, sinon de surseoir pour quelque temps l’envoi et réception de nos dépêches audit Francfort, d’où, néanmoins, je tire la plupart de mes nouvelles et se sont aussi les plus récentes et certaines, ladite ville étant (ainsi qu’est Paris pour toute la France) le centre et la source de toutes les postes de la Germanie.

Nonobstant de défaut, je m’étudie, Monseigneur, à rechercher toute autres voies et occasions pour apprendre ce que je puis, et vous trouverez dans mon extrait ce qui s’est passé au-delà du Rhin depuis trois semaines en çà qu’aucune lettre n’en est venu à qui que ce soit, ce qui m’a obligé à ne le point omettre, l’ayant trouvé nouveau, encore qu’il soit assez vieux.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Translation publiée en ligne, texte 784. []
  2. En référence à la paix de Prague entre l’Empereur et les électeurs de Saxe et de Brandebourg, signée le 30 mai, prévoyant l’abandon de l’édit de Restitution. []

Texte 784, année 1635, 17 juillet, Marion à la marquise de Feuquières

Robert Marion de Druy à la marquise de Feuquières, née Anne Arnauld, 17 juillet 1635.

Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 25, f° 285. Copie. Au verso du fol. 285, en partie de la main de Claude Bouthillier : « copie d’une lettre écrite par le sieur Marion, gouverneur de Longwy, avec la dépêche de Saint-Aubin du 19 juillet 16351, l’on disait hier à Paris que Longwy serait pris, cette copie justifie le mémoire ».

Copie d’une lettre écrite à Madame de Feuquières par le sieur Marion, gouverneur de Longwy

Madame,

Je rends grâce à Dieu et le loue de bon cœur de ce qu’il m’a fait la grâce d’avoir conduit l’entreprise que j’ai fait en chargeant les ennemis qui s’étaient venus loger en une lieue proche de moi, au nombre de quatre compagnies d’infanterie et trois de cavalerie, lesquels je fis attaquer par seulement 50 mousquetaires conduits par un lieutenant et un enseigne. Et ce fut si à propos qu’après bien peu de résistance, ils lâcheront le pied [sic] et les mirent en déroute, en étant demeuré sur la place plus de 60 et quantité de blessés, un capitaine tué, frère de Moranville, un officier prisonnier. Ces honnêtes gens-là voulaient loger en la ville basse et me menaçaient de me prendre en peu de jours, Dieu les en ayant empêché et les en empêchera encore. S’il lui plaît, je le mande à Monseigneur le maréchal de La Force s’il y a moyen par votre faveur de lui faire tenir une lettre, vous m’obligerez extrêmement et vous en supplie très humblement. Je suis après pour tâcher à déloger ces canailles-là, qui sont à Mercy2, qui ne font que voler et rançonner le peuple.

À Longwy, ce 17 juillet 1635

Je viens d’apprendre que ledit capitaine n’est mort.

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Il s’agit d’un courrier que Jacques de Saint-Aubin adresse à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, de Metz, le 19 juillet 1635, dont l’original autographe est conservé au Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 25, f° 292-293, translation publiée en ligne, texte 785. []
  2. François de Mercy ou Gaspard de Mercy []