Archives de catégorie : Translations Année 1636

Translations des textes issus de la correspondance et des papiers d’État de Richelieu datant de l’année 1636, après transcription des manuscrits originaux

Texte 753, année 1636, 18 janvier, Louis Testu au comte de Chavigny

Louis Testu, chevalier du guet, à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Paris, 18 janvier 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Mémoires & Documents France, vol. 820, f° 43. Original. Pour le classement : « 18 janvier, de Monsieur, Testu, chevalier du guet, à Monsieur Chavigny » ; « touchant un prisonnier transféré du Châtelet à la Bastille ».

Monsieur,

Suivant le commandement que m’apporta Monsieur de Montorgueil, je me mis incontinent en devoir de le faire exécuter, ayant appris qu’un <commis> ayant arrêté un homme approchant du nom qui est dans l’ordonnance, sur une dénonciation que lui avait fait le marquis de Bade, et cru que c’était celui que le Roi m’avait commandé d’arrêter, quoique le nom ne fût du tout semblable à celui de l’ordonnance, j’ai donné ordre qu’on l’enlevât du Château où il était pour le mener à la Bastille et son coffre est en mon logis. Il a dit qu’il y avait vingt ans qu’il n’était venu en France.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 729, année 1636, 2 février, l’évêque de Mende à Richelieu

Sylvestre Crugy de Marcillac, évêque de Mende, à Richelieu, Nancy, 2 février 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 89-90. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 90 v° : « à Monseigneur ».

Il s’agit de la seconde de deux lettres rédigée ce jour-là par le signataire, la première étant destinée à Léon Bouthillier, comte de Chavigny (translation publiée en ligne, texte 717).

Monseigneur

J’écrivis avant hier à Votre Éminence pour lui donner avis de tout ce qui s’était passé sur le sujet du comte de Dona [Maximilian Ernst von Dohna], qui a ramené jusqu’à Metz les troupes qui sont sortis de Mayence, et du traité que le comte de Hanau prétend faire pour sa ville [Bouxwiller]. Cette dépêche fut donnée à Monsieur de Marescot, conseiller au parlement de Metz, qui ne manquera pas de la rendre lui-même s’il peut, ou de la faire rendre sûrement à Votre Éminence.

Je lui ai déjà écrit le sujet de mon voyage en cette ville, qui est pour résoudre les places qui doivent et qui peuvent être présentement démolies en Lorraine, suivant les ordres que Messieurs de Villarceaux, Fremyn et moi en avons reçus. Nous en avons pris la résolution en présence de M. le marquis des Fossez, et en avons fait le partage entre nous, en suite duquel j’ai donné mes ordres au sieur de Sezelles, qui a été envoyé de-deçà à cet effet pour y aller travailler diligemment, les autres en feront sans doute autant de leur côté. 

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 728, année 1636, 7 août, l’évêque de Mende à Richelieu

Sylvestre Crugy de Marcillac, évêque de Mende, à Richelieu, Toul, 7 août 1636.

Annotation et indexation établies en collaboration avec Monsieur Charles-Henri de Sommyèvre

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 364-365. Original, de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 365 v° : « à Monseigneur ». D’une écriture différente, pour le classement : « 7 août 1636 ».

Monseigneur,

Les divers avis qui me furent donnés il y a cinq ou six jours que le duc Charles était arrivé à Saint-Mihiel où il assemblait une armée assez considérable et faisait conduire du canon avec dessein d’attaquer quelque place, et que particulièrement on parlait de Toul, m’ont obligé de m’y venir jeter dedans, comme considérant bien que cette place est de grande importance au service du Roi, tant à cause du passage de la France en Lorraine et Pays messin, qu’à cause de la grande quantité de blé qui y est présentement, et sachant bien d’ailleurs que la garnison y est fort faible, et que ce qui a échappé des habitants aux ravages de la peste serait grandement confirmé par ma présence dans l’affection qu’ils ont de servir le Roi. Je ne m’étais pas trompé dans cette créance, chacun m’ayant témoigné à mon arrivée une forte résolution à bien faire. En même temps, je donnai ordre de faire approcher de la ville quatre compagnies du régiment de Rebé ou de Turenne, qui étaient dans des quartiers assez mal assurés à la campagne. Ainsi, Monseigneur, je me trouvai déjà en état de défendre la place, et d’arrêter l’ennemi quelque temps, s’il lui eût pris fantaisie de s’y attacher. Mais il a témoigné qu’il avait un autre dessein, car le lendemain de mon arrivée, qui fut avant-hier, cinquième de ce mois, j’eus avis que ses troupes commençaient de filer, ce qui me fut confirmé peu après par nouvelle assurée. 

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 727, année 1636, 18 juillet, l’abbé de Coursan à Richelieu

Claude de Brouillart, abbé de Coursan, à Richelieu, Nancy, 18 juillet 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, volume 28, fol. 316-317. Original autographe. Suscription au verso du fol. 317 : « à Monseigneur ». 

Monseigneur,

L’affaire pour laquelle il a plu à Votre Éminence de m’envoyer à Nancy est à présent commencée, et celui que vous avez sorti de la Bastille m’est venu trouver de la part de son maître1. J’ai quelque bonne espérance à présent et s’est chargé des réponses que j’ai fait à ses propositions, qui sont un peu hors de raison. Mais j’espère en venir à bout, Dieu aidant.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. En référence à une tentative d’accommodement avec le duc Charles IV de Lorraine par l’intermédiaire de Monsieur de Salins. Voir les « propositions de Salins de la part du duc de Loraine », vers le 18 juillet 1636, synthétisées par Denis Charpentier, auxquelles sont jointes les réponses du Roi, conservées au Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance politique Lorraine, volume 28, fol. 321-322. []

Texte 726, année 1636, 15 juillet, le duc Charles IV de Lorraine au marquis de Ville

Le duc Charles IV de Lorraine à Charles Henri de Livron, marquis de Ville, Sierck, 15 juillet 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 317-318. Copie d’un courrier intercepté. 

Copie d’une lettre écrite de la main du duc Charles de Lorraine au marquis de Ville

Monsieur de Ville,

J’ai vu par vos lettres toutes vos nouvelles et comme Sa Majesté le roi de Hongrie est attendue à l’armée, dont je m’éjouis [sic, me réjouis] infiniment, car j’aurai moins de peine à lui aller rendre mes devoirs que s’il fut demeuré sur le Danube, étant résolu d’y aller où il soit. Pour ce qui est de ce que me mandez que je me pouvais avancer sans hasard derrière l’armée des ennemis, j’étais en résolution de le faire pour le hasard où il arrive, comme il plaît à Dieu. Et si Monsieur le comte de Gallas m’eut mandé qu’il y a là du service, je n’eusse manqué de le faire à l’instant et quelques Cravates fut été plus utile que ceste infanterie qui est sur la Sarre.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 725, année 1636, 6 juin, Saint-Aubin au comte de Chavigny

Jacques II Saint-Aubin à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Metz, 6 juin 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 251-252. Original autographe. D’une écriture différente, pour le classement : « M. de Saint-Aubin, Metz, 6 juin 1636 ».

Monseigneur,

Il est vrai que j’ai discontinué quelques semaines à vous informer des nouvelles d’Allemagne parce que j’ai eu avis de votre départ de la cour pour accompagner Monsieur [le duc d’Orléans] en son dernier voyage. Mais je n’ai manqué pourtant, selon les occurrences de continuer les miennes à Monseigneur [Claude] Bouthillier et lui ai rendu compte de tout ce qui est venu à ma connaissance, dont ma dernière a été le 30e du passé, depuis laquelle j’ai reçu quelques nouvelles d’Allemagne bien récentes qui m’obligent à vous en informer par celle-ci.

En premier lieu, Monseigneur, l’on mande de Vienne que le roi de Hongrie en est parti le 14e de mai pour se rendre à Prague, et de là qu’il ira à Spire, que l’Empereur devait partir le 19e dudit mois pour s’acheminer à la journée de Ratisbonne mais doit séjourner à Lintz en attendant nouvelles de tous les électeurs, que celui de Brandebourg a résolu de s’y trouver en personne, encore qu’il y envoie avant lui M. le comte de Schwartzenbourg [sic, Adam von Schwarzenberg] et quelques autres de ses principaux conseillers. On tient que cette diète ne se tiendra point avant la fin de juillet.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 724, année 1636, 10 mai, l’évêque de Mende à Richelieu

Sylvestre Crugy de Marcillac, évêque de Mende, à Richelieu, Toul, 10 mai 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 217-218. Original autographe. 

Monseigneur,

J’ai reçu depuis quatre jours la lettre dont il a plu à Votre Éminence de m’honorer du 27me d’avril dernier, à laquelle celle-ci servira, s’il vous plaît, de réponse1. Puisque Votre Éminence désire que je me charge du soin de la subsistance des armées de M. le Comte [de Soissons] et de M. le cardinal de La Valette, et que je veille à ce que le pain de munition ne manque en l’une ni en l’autre, je lui promets d’y porter toute la diligence dont je serai capable, et que je ne m’épargnerai en rien pour faire qu’elle en reçoive du contentement.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. La lettre de Richelieu à laquelle l’évêque de Mende fait référence a été publiée par Denis-Louis-Martial Avenel, à la date du 28 avril, dans Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie Nationale, 1853-1877, en 8 volumes, Collection des documents inédits de l’histoire de France, tome VI, p. 451-453. []

Texte 723, année 1636, 22 février, Jacques de Saint-Aubin au comte de Chavigny

Jacques II de Saint-Aubin à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Metz, 22 février 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 139-140. Original autographe. Suscription au f° 140 v° : « à Monseigneur, Monseigneur de Chavigny, conseiller du Roi en tous ses conseils, secrétaire de ses commandements et chancelier de Monseigneur, frère unique de Sa Majesté, en cour ». D’une écriture différente, pour le classement : « M. de Saint-Aubin, Metz, 22 février 1636 ».

Monseigneur,

J’estime que vous aurez reçu ma dernière du 16e de ce mois1 et celle-ci sera pour garder la coutume et le devoir que je vous dois de vous écrire plus que pour autre chose que j’aie à vous faire savoir. Et, toutefois, j’ai à vous dire que j’ai reçu ce matin lettre d’un mien frère qui est à Strasbourg2, lequel m’écrit du 14e de ce mois que, depuis le départ de Monseigneur le cardinal de La Valette hors de l’Alsace, le général Gallas s’est acheminé à Spire afin d’y ramasser ses troupes pour quelque dessein qui est encore inconnu. Mondit frère ajoute qu’il a vu plusieurs lettres de Leipzig par lesquelles se voit comme toute la Misnie est grandement alarmée pour l’arrivée des Suédois qui courent jusqu’aux portes de ladite ville de Leipzig, où tous les habitants sont en une merveilleuse peine pour la crainte qu’ils ont de se voir encore une fois réduits à la violence des armes qu’ils ont si souvent éprouvées, car l’armée de leur électeur [le duc Jean-Georges Ier de Saxe] est si affaiblie et ruinée par celle de Banier [Johann Baner], qu’elle n’agit plus que par une légère défensive, quelques sujets de cet électeur écrivent qu’il a obtenu une surséance d’armes pour six semaines par l’intercession du duc de Mecklembourg. Mais ceux qui affectionnent le parti suédois n’en parlent nullement, ains assurent que Banier poursuit la pointe et qu’une autre armée suédoise marche droit en Silésie. En somme, nous avons peine aujourd’hui d’avoir la vérité de ce qui se passe en Allemagne, parce que les affections y sont diverses, et dans Francfort, où aboutissent toutes les nouvelles, ils ont défense sur peine de la vie d’en mander aucune, ce qu’ils ont fait et réitéré notamment depuis les progrès des Suédois sur les Saxons.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Jacques II de Saint-Aubin au comte de Chavigny, Metz, 16 février 1636, original autographe conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 116-117. []
  2. Pierre de Saint-Aubin. []

Texte 722, année 1636, 8 février, procès-verbal de la destruction des fortifications d’Amance

Procès-verbal de la destruction des fortifications d’Amance, 8 février 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 108-109. Copie de Guillaume Fremyn. D’une écriture différente, pour le classement : « procès-verbal de La Roche, canonnier travaillant aux démolitions des châteaux de Lorraine, 8 février 1636 ».

Par devant le tabellion royal demeurant à Nancy, soussigné, et les témoins en bas nommés, est comparu personnellement Jean le Morillon, dit La Roche, canonnier ordinaire de l’artillerie de France, étant en garnison en cette ville de Nancy, lequel a dit, déclaré et affirmé, dit, déclare et affirme par les présentes à Monsieur Fremyn, conseiller du Roi en son parlement de Metz et au conseil souverain de Nancy, et commissaire général aux démolitions des places fortes et châteaux de Lorraine, qu’ayant, lui, de La Roche, été approuvé par vous mondit sieur, et commandé d’assister les sieurs prévôt et receveur d’Amance à la démolition des tours et défenses du château dudit lieu, il s’y serait acheminé le dimanche troisième jour du présent mois, par la conduite desdits sieurs officiers accompagnés de dix-huit à vingt ouvriers choisis capables en cette ville de Nancy pour assister aux paysans ordonnés par lesdits sieurs officiers, où étant arrivés et ayant commencé le travail, ils eurent avis la première journée que le sieur de Sigy, qui avait envoyé la charrette pour lever quelques fourrages audit Amance, avait perdu son cheval par l’enlèvement que lui en firent quantité de cavaliers croates conduits par un certain nommé La Chapelle, ses gens dépouillés et désarmés.

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

Texte 717, année 1636, 2 février, l’évêque de Mende au comte de Chavigny

Sylvestre Crugy de Marcillac, évêque de Mende, à Léon Bouthillier, comte de Chavigny, Nancy, 2 février 1636.

Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 91-92. Original de la main d’un secrétaire. Suscription au f° 92 v° : « à Monsieur, Monsieur de Chavigny, conseiller du Roi en ses conseils, grand trésorier de ses ordres, secrétaire d’État, chancelier et chef du conseil de Monsieur [le duc d’Orléans] ». D’une écriture différente, pour le classement : « M. de Marcillac, évêque de Mende, Nancy, 2 février 1636 ».

Il s’agit de la première de deux lettres rédigées ce jour-là par le signataire, la seconde étant destinée à Richelieu (translation publiée en ligne, texte 729).

Monsieur,

Je me suis rendu en cette ville pour résoudre avec M. le marquis des Fossez et Messieurs de Villarceaux et Fremyn les places qui doivent et peuvent être présentement démolies. Nous en avons fait l’état et le partage afin que chacun sache à quoi il doit travailler1

En même temps, j’ai donné mes ordres au sieur de Sezilles, lieutenant de la connétablie, pour aller mettre la main sur celles qui sont tombées dans mon département. Ce travail a été un peu différé à cause que Mondit sieur de Villarceaux n’a pas été en commodité, ou en humeur, de se rendre ici plus tôt pour prendre cette résolution, quelques instances qu’on lui en ait faites. Il faudra que la diligence à travailler répare ce retardement. Maintenant, Monsieur, je retourne à Metz pour tenter encore une fois si je pourrais obtenir de M. le duc de Weimar qu’il me fasse accommoder en payant des blés que ses gens pourront amasser dans la Woëvre, outre ceux qui seront nécessaires pour leur subsistance. Je l’ai tenté jusqu’ici inutilement. Je ne sais si je serai plus heureux à ce coup. C’est la seule ressource que je puis avoir de ce côté-là. S’il n’est pas en état de m’y favoriser, il faudra que je me retire ailleurs. 

Continuer la lecture

Marie-Catherine Vignal Souleyreau

Docteur en Histoire, ingénieur d'études à Sorbonne Université, Faculté des Lettres, Institut de Recherche sur les Civilisations de l'Occident Moderne (IRCOM - Centre Roland Mousnier)

More Posts

  1. Voir le « Département des châteaux et places qui doivent être démolies en Lorraine », document conservé en plusieurs exemplaires : l’original est conservé au Ministère des Affaires étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 25, f° 316-317 ; une copie se trouve à la Bibliothèque nationale de France, collection Manuscrits français, volume 18889, f° 187, dont un extrait a été publié par dom Augustin Calmet, Histoire de la Lorraine… Nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée par l’auteur…, Nancy, A. Leseure, 1745-1757, 7 volumes, au tome VI, p. 209-210. Il figure en intégralité dans Quentin Muller, Le lys face aux armoiries : Richelieu et la noblesse lorraine, sans lieu, Publications historiques de l’Est / Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire / Université de Lorraine, 2021, annexe 14, p. 203-204. On peut aussi consulter l’ « Extrait de l’acte fait à Nancy le premier février mille six cent trente-six, par l’avis et en la présence de M. le marquis de Fossez, entre Messieurs les évêque de Mende, Mangot-Villarceaux et Fremyn, conseiller au parlement de Metz, et conseil souverain de Nancy, sur le fait des démolitions des places de Lorraine », conservé au Ministère des Affaires Étrangères, archives diplomatiques, centre de La Courneuve, coll. Correspondance Politique Lorraine, vol. 29, f° 85-86, copie sur laquelle a été portée la mention « envoyé par M. Fremyn, 8 janvier 1636 » [sic], publiée par Quentin Muller, Le lys face aux armoiries : Richelieu et la noblesse lorraine, ouvrage cité, annexe 13, p. 201-202. []